Analyse et prévisions Eurodollar: Le biais baissier est confirmé

Croissance: Les données économiques des derniers mois ont confirmé la reprise mais celle-ci semble perdre en intensité, en particulier dans la zone euro où les pays core, nommément l'Allemagne et la France, montrent des signes de ralentissement. La croissance en 2014 devrait toutefois continuer à croître des deux côtés de l'Atlantique, mais non sans risques qui pourraient considérablement nuire à l'activité.

Politique monétaire: L'incertitude demeure sur le positionnement que souhaite, dans les prochains mois, adopter la Réserve Fédérale américaine. Toutefois, une baisse progressive du montant des rachats d'actifs est prévisible à partir du premier semestre 2014. A l'inverse, la BCE a confirmé avec la réduction de son taux de refinancement en novembre sa volonté de prendre de nouvelles mesures pour aider la reprise. On évoque notamment la possibilité de rachats d'actifs de la part de Francfort. Le différentiel de politique monétaire devrait certainement être un puissant facteur de baisse sur l'eurodollar à court et moyen terme. Une nouvelle opération de refinancement à très long terme (LTRO) dans la zone euro courant 2014 est également hautement probable.

prdictions forex_2012

Croissance: Les données économiques des derniers mois ont confirmé la reprise mais celle-ci semble perdre en intensité, en particulier dans la zone euro où les pays core, nommément l’Allemagne et la France, montrent des signes de ralentissement. La croissance en 2014 devrait toutefois continuer à croître des deux côtés de l’Atlantique, mais non sans risques qui pourraient considérablement nuire à l’activité.

Politique monétaire: L’incertitude demeure sur le positionnement que souhaite, dans les prochains mois, adopter la Réserve Fédérale américaine. Toutefois, une baisse progressive du montant des rachats d’actifs est prévisible à partir du premier semestre 2014. A l’inverse, la BCE a confirmé avec la réduction de son taux de refinancement en novembre sa volonté de prendre de nouvelles mesures pour aider la reprise. On évoque notamment la possibilité de rachats d’actifs de la part de Francfort. Le différentiel de politique monétaire devrait certainement être un puissant facteur de baisse sur l’eurodollar à court et moyen terme. Une nouvelle opération de refinancement à très long terme (LTRO) dans la zone euro courant 2014 est également hautement probable.

Capitaux: Les mesures d’austérité et de consolidation budgétaire prises dans plusieurs pays de l’Union Monétaire ont eu pour effet d’accroître l’excédent du compte courant, facteur mineur favorable à l’euro, face à des Etats-Unis qui font toujours face à un déficit abyssal.

Risques: Le principal risque baissier est lié à de nouvelles mesures de la part de la BCE, baisse du taux de refinancement, opération LTRO ou encore programme de rachats d’actifs. A l’inverse, le biais haussier, aujourd’hui peu vraisemblable, pourrait se matérialiser en cas de maintien en l’état de la politique monétaire américaine contrairement aux attentes du marché.

Objectifs de cours pour l’EURUSD: 1.32 à trois mois et 1.30 à six mois si le scénario baissier est validé.

En conclusion, notre positionnement reste baissier sur la paire de devises EURUSD. Les récents bons chiffres du chômage américain constituent un argument en faveur d’une sortir progressive et prochaine des mesures d’assouplissement quantitatif. Les perspectives économiques dans la zone euro, bien que meilleures par rapport à l’an dernier, soulignent la nécessité pour la banque centrale de faire davantage pour relancer l’activité. Les signes de ralentissement économique ont incité à une baisse du taux de refinancement cet automne mais de nouvelles mesures ne sont pas exclues si la croissance est en-dessous de son potentiel au premier semestre 2014 et si le chômage reste proche, comme anticipé, de ses plus hauts historiques. A cet égard, la révision des perspectives de croissance et d’inflation dans la zone euro par la BCE lors de sa réunion de décembre sera d’une grande importance pour les investisseurs.

De fait, la probabilité d’une dépréciation de l’euro dans les prochains mois est très élevée face au dollar américain. Ce qui n’exclut pas une certaine stabilisation en cette fin d’année autour de 1.34-1.35 en prenant en compte les stratégies acheteuses qu’on constate régulièrement pendant la période de Noël et qui favorisent la monnaie unique. Ce phénomène saisonnier sera à prendre en compte sur le court terme sans remettre en cause, pour le moment, le biais baissier de moyen et long terme.
 

user

user

Commentaires

Inscrivez vous a la lettre quotidienne

Recevez quotidiennement les infos du marche.

Fonction du site

  • L'actualite du forex
  • Devises Majeures
  • Analyse Technique
  • Crypto-monnaies
  • Brokers recommandes

Get Started

  • Tutorials
  • Resources
  • Guides
  • Examples
  • Docs

Forex.fr

  • Notre Histoire
  • L''equipe
  • Termes d'utilisation
  • Votre vie privee

Librairie