Press "Enter" to skip to content

Bilan économique mensuel : L’Australie

Lors de sa dernière déclaration de politique monétaire, la banque centrale d’Australie a jugé préférable de maintenir les taux d’intérêt à des niveaux historiquement bas. Cela signifie t’il que l’économie du pays est en si mauvaise posture ? Faut-il s’inquiéter pour le dollar AUD et le forex ? C’est ce que nous verrons dans cet article.

Emploi
Globalement, le rapport sur l’emploi de juin a été relativement optimiste. Le taux de chômage a, cependant, augmenté de 0,1%, il est actuellement à 6%, mais uniquement parce que l’estimation de mai a été révisée de 6% à 5,9%. Le taux de participation a, quant à lui, enregistré une légère hausse. De 64,7%, il est passé à 64,8%. Il s’agit d’une bonne nouvelle puisque cela signifie qu’une plus grande part de la population en âge de travailler est désormais économiquement active.
Alors que l’emploi n’a augmenté que de 7 300, en observant de plus près le rapport, on s’aperçoit que l’emploi à plein temps a grimpé de 24 500 et que celui à temps partiel diminué de 17 200. La reprise des emplois à plein temps est une bonne nouvelle dans la mesure où ils offrent généralement des salaires plus élevés et une meilleure sécurité. Ils contribuent, à terme, à une plus grande confiance et se traduisent en dépense de consommation.

Dépenses de consommation et confiance
L’indice de confiance des consommateurs de l’Institut Westpac-Melbourne de juillet a montré des chiffres pessimistes pour le deuxième mois consécutif. Il est, en effet, en baisse de 95,3 à 92,2. Il s’agit du chiffre le plus faible depuis décembre de l’année dernière. Selon le rapport, la confiance des consommateurs a été freinée par les inquiétudes relatives à la Grèce et à l’effondrement du marché boursier chinois.
Les ventes au détail de mai ont été plutôt optimistes puisque l’estimation désaisonnalisée a augmenté de 0,3%. La lecture précédente a cependant, été rétrogradée. Les données relatives au logement ont également été assez mauvaises.


Conjoncture
Si les consommateurs ne sont pas des plus rassurés en ce moment, ce n’est pas le cas des entreprises. L’indice de confiance des affaires a, en effet, augmenté de 10 points en juin. Il s’agit du plus haut niveau enregistré depuis septembre 2013. D’après le rapport, tous les secteurs sont désormais optimistes à l’exception du secteur minier.
Si vous vous demandez pourquoi je continue à stigmatiser le secteur minier, c’est uniquement parce qu’il constitue le moteur principal de l’économie australienne dans la mesure où le pays est axé sur l’exportation. En 2010-2011, par exemple, l’industrie minière avait contribué à hauteur de 55% dans la valeur totale des produits exportés.
Les données relatives au commerce ont été assez bonnes également. Même si le pays se trouve toujours en situation de déficit commercial, ce dernier est bien moins important qu’à une certaine époque.

Inflation
L’Indice des Prix à la Consommation est arrivé à hauteur des estimations avec 0,7%. L’amélioration est significative par rapport à la précédente hausse de 0,2%. Sur une base annualisée, l’IPC a augmenté de 1,5% ce qui signifie que la tendance à la baisse a été finalement brisée et cela est une très bonne chose.
Curieusement, le principal contributeur de la hausse a été le secteur des transports. Les voyages et hébergements domestiques et internationaux ont quant à eux diminué. Le bureau australien de la statistique a, cependant, précisé que ces baisses pouvaient s’expliquer par des facteurs saisonniers. L’inquiétude quant à ces secteurs est donc toute relative.

Résumé et potentiels impacts sur le marché des changes
Dans l’ensemble, les récentes données économiques s’améliorent à l’exception des chiffres relatifs à la consommation. L’Australie reste, cependant, dépendante de ses exportations de matières premières comme le minerai de fer et donc tributaire de la santé économique de la Chine. De nombreux analystes prédisent en plus que le prix du minerai de fer chute encore davantage en raison de l’offre excédentaire ce qui n’est pas une très bonne nouvelle pour le pays. Sur le forex, on peut s’attendre à des achats à court et moyen terme en attendant les prochaines données économiques. A long terme, la tendance devrait par contre être baissière.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *