Press "Enter" to skip to content

Ce qu’il fallait retenir de la déclaration de la RBNZ du mois de juin

Nous vous en parlions cette semaine, la RBNZ avait de solides raisons d’abaisser ses taux d’intérêt. Et bien c’est désormais chose faite. Le gouverneur Wheeler a, en effet, annoncé une baisse de 0,25% lors de sa déclaration de politique monétaire. Nous verrons, dans cet article, ce qu’il faut retenir de cette allocution ainsi que les possibles répercussions sur le dollar NZD et le forex en général.

De probables nouvelles baisses
Lors de sa déclaration, le gouverneur de la RBNZ a admis que l’inflation modérée et la faible croissance avaient été les facteurs principaux ayant conduit à cette réduction de taux d’intérêt. Selon ce dernier, il s’agit d’une baisse nécessaire pour maintenir l’économie de la Nouvelle Zélande à flot. Il a souligné qu’une réduction de taux était appropriée lorsque les pressions inflationnistes étaient faibles et que la demande restait insuffisante. Il a également ajouté que davantage d’assouplissements pouvaient même être approprié. Il n’y a donc pas à lire entre les lignes, cette fois, le gouverneur a tout dit.

Un dollar NZD toujours surévalué
On pourrait penser que la glissade constante du dollar néozélandais depuis fin avril aurait suffit au gouverneur Wheeler pour qu’il abandonne son laïus habituel concernant la surévaluation de la monnaie du pays, mais non. Selon ce dernier, si le dollar NZD était plus faible, cela stimulerait les exportations et soutiendrait l’industrie laitière. En plus de cela, une dépréciation monétaire rendrait les importations plus chères et cela tirerait les niveaux des prix intérieurs vers le haut.
Il a également affirmé qu’au regard des prévisions relatives au solde du compte courant, un ajustement des taux de change mettrait les exportations de la Nouvelle Zélande sur une voie plus durable. Cela reste cependant de belles paroles car, souvenez vous, il y a quelques années, la RBNZ était secrètement intervenu sur le forex pour déprécier sa monnaie. On ne sera donc pas surpris si cela venait à se reproduire.


Des préoccupations relatives aux faibles pressions inflationnistes

La RBNZ n’est actuellement pas très préoccupé par la possible bulle des prix du logement mais plutôt par le secteur des produits laitiers et celui des matières premières. Wheeler a même confessé qu’il ne prévoyait pas que la baisse des prix à l’exportation soit mauvaise mais il a été aussi prompt à souligner que les hausses consécutives des taux de l’année dernière n’étaient pas une erreur. Il a ajouté que les perspectives plus faibles des prix des produits laitiers et les récentes hausses des prix de l’essence allaient ralentir la croissance des revenus et de la demande et accroitre le risque que le retour de l’inflation à un niveau acceptable soit retardé. D’une manière générale, il a fait remarquer que son objectif premier était de maintenir la stabilité des prix.

Avec cela, les analystes du marché des changes anticipent déjà d’autres coupes des taux d’intérêt de la RBNZ. Sans doute un pour juillet et un autre pour la fin de l’année. Concernant l’inflation et la cible de 2% visée par la banque centrale, on prévoyait jusque là que l’objectif serait atteint au troisième trimestre de l’année 2017. Les fonctionnaires de la RBNZ ont, cependant, revu  leurs anticipations et prévoient désormais cela pour la fin 2016. Cela laisse donc à penser que de nouvelles baisses de taux sont bien prévues.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *