Press "Enter" to skip to content

Ce qu’il faut retenir de la publication de la RBNZ

Nous vous l’annoncions cette semaine, on s’attendait à ce que la banque centrale de Nouvelle Zélande relève, comme le mois dernier, ses taux d’intérêt et ce fut le cas. Nous décortiquerons dans cet article les raisons de cette nouvelle hausse et ses impacts sur le marché des changes.

Un taux en hausse de 0.25% à 3%
Comme prévu, c’est bien une relève de 0.25% des taux d’intérêt qui a été annoncée par le gouverneur de la RBNZ, avec 3% c’est un niveau que l’on n’avait pas vu depuis 3 ans. Notez que les prix à la consommation ont joué un grand rôle dans cette décision. Contrairement au mois dernier, Wheeler s’est montré plus un peu plus prudent en déclarant que la hausse des taux dépendrait des données économiques et des pressions inflationnistes. Rappelons que le mois dernier, la banque centrale avait laissé entendre que les taux seraient augmenté de 2% d’ici la fin 2015.


La RBNZ reconnait les menaces économiques possibles mais reste optimiste
Avec le dernier rapport trimestriel sur l’inflation en Nouvelle-Zélande et la chute des prix des produits laitiers, premier produit exporté du pays, les acteurs du marché avaient prévu une déclaration moins belliciste de la RBNZ. Cependant, les membres de la RBNZ restent optimistes puisque leurs prévisions de croissance ont été revues à la hausse de 0.20% et se situent autour des 3.5%.

Un peu « jawboning » ne jamais fait de mal
Les banques centrales utilisent généralement leurs politiques monétaires de jawboning pour soutenir leur monnaie et la RBNZ ne s’est pas privée ce mois-ci. Elle a, en effet, déclaré que la force du kiwi contribuait à maintenir l’inflation sous contrôle alors que ses niveaux actuels constituaient une réelle problématique concernant les exportateurs de la Nouvelle-Zélande.

Des bulls pas autant excités que le mois dernier par cette relève
Par rapport au mois dernier, le dollar néo-zélandais n’a pas suscité autant d’intérêt chez les taureaux amateurs de kiwi. Cela résulte sans doute du fait que les investisseurs ne s’attendaient pas à une mise à niveau des prévisions de croissance. Cette fois, les bonnes ondes n’ont duré que quelques heures durant la session asiatique avant qu’une aversion globale pour le risque ne prenne le pas sur la monnaie néo-zélandaise. La paire NZD-USD n’a, en effet, même pas atteint les 0.8650 pour finalement retomber à des niveaux d’avant annonce.

Voilà en substance ce qu’il fallait retenir de la déclaration de politique monétaire de la banque centrale de Nouvelle Zélande de cette semaine.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *