Press "Enter" to skip to content

Comment Goldman Sachs a gagné 5 milliards de dollars sur le dos des consommateurs

Goldman Sachs fait de nouveau la Une de l’actualité et pour de mauvaises raisons! La célèbre banque d’affaires est accusée d’avoir, via sa filiale Metro International Trade Services, manipulé les prix de l’aluminium, ce qui a permis au géant de Wall Street de rafler des milliards de dollars.

Racheté il y a trois ans par Goldman Sachs, Metro International Trade Services possède 27 entrepôts à Détroit où sont stockés et gérés l’aluminium pour ses clients, près d’un quart des stocks d’aluminium du marché américain, soit l’équivalent de 1.5 millions de tonnes.

Comme toute activité sur les marchés financiers, des règles s’appliquent: ainsi, il faut qu’au moins 3000 tonnes sortent des entrepôts tous les jours pour être échangées. Le problème, c’est que dans 9 cas sur 10, la filiale de Goldman Sachs a simplement livré les tonnes d’aluminium dans les entrepôts d’en face, rallongeant ainsi les délais de livraison qui sont passés de six semaines à un an et quatre mois.

C’est là tout le génie de Goldman: plus le stockage est long, plus la facture est élevée et plus les bénéfices pour la banque d’affaires montent. Au passage, Goldman fait coup double directement sur le marché boursier puisque le coût de stockage est une part importante du prix de l’aluminium.

Cette hausse des prix se répercute directement sur les entreprises et, dans la foulée, sur les consommateurs. Grâce à cette astuce, ce sont près de 5 milliards de dollars en trois ans qui ont directement filé dans les poches de la banque.

Le problème, c’est que le régulateur n’a rien fait. En l’occurrence, c’est le London Metal Exchange qui fixe les règles sur ce marché. Cependant, deux problèmes apparaissent et expliquent l’inaction de l’institution: celle-ci est directement partie prenante puisqu’elle touche 1% des locations d’entrepôts donc elle profite indirectement de l’allongement des durées de livraison et, elle est loin d’être indépendante puisque jusqu’à l’an dernier elle était détenue intégralement par des banques…dont Goldman Sachs!

La preuve que les régulateurs publiques ont encore du travail à accomplir avant de parvenir à une amélioration de la transparence et des pratiques sur les marchés financiers.
 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *