Press "Enter" to skip to content

Comprendre la baisse de l’euro : causes et conséquences

Pourquoi l’euro baisse-t-il fortement depuis plusieurs semaines ? Quelles en sont les conséquences pour notre quotidien ? Ce sont les questions auxquelles nous allons répondre aujourd’hui afin d’apporter un peu plus de précisions sur ce que l’on peut entendre ou lire dans les médias.


Comment est-on passé de un 1.40 à 1.29 dollar par euro en quelques semaines ?

La réponse est que cela dépend de plusieurs facteurs, plus ou moins liés :

  • D’abord les craintes de déflation sont fortes en zone euro : le niveau de l’inflation est proche de 0 pour les grandes puissances de la zone ce qui tend à faire perdre de la monnaie à notre valeur. Pourquoi me direz-vous ? Parcequ’une monnaie dont les perspectives sont à la perte de valeur n’intéresse pas les investisseurs, elle est donc délaissée au profit de monnaie à potentiel plus important ;
  • Ensuite parceque du fait de la menace déflationniste, la BCE s’est dite, par la voix de son gouverneur M.DRAGHI, prête à tout faire pour éviter la déflation et ateindre ses objectif d’inflation. Ainsi un programme de rachats d’actifs est très probable ce qui innonderait d’autant le marché des liquidités, augmentant la masse d’euros en circulation. Ensuite la loi de l’offre et de la demande jouerait son rôle : plus il y a d’euro en circulation, à demande constante, plus sa valeur baisse ; 
  • Enfin, l’inquiétude sur l’avenir de la Grèce à l’intérieur de la zone n’est pas pour rassurer les investisseurs. Une sortie de la Grèce affaiblirait considérablement l’europe et la zone euro et la crainte des investisseurs les pousse à se délester de la monnaie potentiellement à risque, l’euro, pour aller vers des devises moins risquées. C’est un phénomène typique sur les marchés appelé “fly to quality”.

Quelles conséquences sur la vie au quotidien ? 

Pour les habitants de la zone euro, il y a deux principales conséquences de cette baisse de l’euro :

  • D’une part la baisse de l’euro face aux autres devises est favorables à nos exportations (hors zone euro). En effet un bien vendu 100€ équivalait à environ 140$ en Avril 2014, bien qu’il valle toujours 100€, cela ne représente plus que 119$ aujourd’hui, soit une baisse d’environ 15%. Nos entreprises exportatrices sont donc plus compétitives sans pour autant avoir changé quoi que ce soit dans leur organisation ;
  • D’autre part et suivant le même mécanisme les biens importés (hors zone euro) sont plus chers ce qui vient diminuer le pouvoir d’achat des ménages en biens importés. En effet un bien qui vallait 100$ soit 71,42€ en Avril 2014, vaut aujourd’hui 84,03€. 

Cette baisse est donc finalement à double tranchant. L’augmentation du prix des biens importés vient par ailleurs augmenter le coût du pétrole importé qui est facturé en dollar US. Il n’est donc pas surprenant que le baril dont le prix a été divisé par deux en quelques mois n’ait fait baisser les prix que d’environ 20% à la pompe. Le taux de change n’en est pas l’unique explication, mais il y contribue de façon importante.

 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *