Press "Enter" to skip to content

Déflation et supervision des banques au menu de la BCE

En début de semaine, Mario Draghi a mis cartes sur table en déclarant, en substance, qu’il ne faut s’attendre à aucune nouvelle action de la BCE pour cette première réunion de l’année. Ce qui corrobore les propos de plusieurs membres du Conseil des gouverneurs qui ont souligné leur satisfaction vis-à-vis de la politique monétaire actuellement suivie et qui semble avoir des effets à en juger par l’amélioration très graduelle de l’activité dans la zone euro.

En revanche, le marché des changes attend d’être rassuré par le gouverneur Draghi à propos du niveau très faible de l’inflation, qui est largement en-dessous de l’objectif de la banque centrale. Les derniers chiffres publiés confirment le scénario de la déflation mais selon nos projections, il devrait être évité de justesse. Mario Draghi ne devrait pas laisser la porte ouverte à de nouvelles mesures mais va certainement rappeler cet après-midi à la presse que la banque centrale se tient prête à agir si nécessaire. Ce qui devrait rassurer les marchés.

Concrètement, la marge de manoeuvre de la BCE en termes d’inflation reste faible car une remontée des taux aurait certainement pour conséquence rapide d’entraver le retour durable de la croissance. Impossible à envisager actuellement.

Les débats devraient par ailleurs se poursuivre au sein du Conseil pour esquisser de nouvelles mesures de soutien. Nous maintenons la possibilité d’une troisième LTRO en direction des banques notamment afin de soutenir le crédit, et par corollaire l’activité économique. Cependant, c’est une démarche consensuelle qui prévaut, c’est pourquoi aucune mesure concrète envisagée ne sera officiellement évoquée aujourd’hui.

Mario Draghi est également attendu par les cambistes sur la question de la stérilisation des achats de titres liés au SMP. Cette stérilisation est un échec complet, notamment en raison de la fragmentation financière, et pourrait entraîner à terme la suspension pure et simple du programme SMP. L’Allemagne pourrait d’ailleurs approuver une telle option si elle était discutée au sein de la banque centrale.

La dernière thématique du jour aura trait à la mise en place de la supervision par la BCE des grandes banques de second rang de la zone euro, ce qui va inévitablement changer le rôle de la banque centrale. Les implications pratiques de l’équilibre entre stabilité financière et stabilité monétaire pourraient être évoqués dans quelques heures.

Sur le marché des changes, l’intervention de Mario Draghi devrait se traduire par un regain de la volatilité mais l’euro pourrait sortir renforcé à court terme des propos du gouverneur s’il parvient à convaincre les cambistes qu’il a la pleine maîtrise des enjeux économiques, monétaires et financiers de la zone euro. A moyen / long terme, notre vision reste baissière pour l’EURUSD mais nous pensons à couvrir nos positions en cours sur cette échéance grâce au hedging.
 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *