Press "Enter" to skip to content

Echec de la réforme monétaire nord-coréenne

La Corée du Nord, souvent présentée comme la dernière dictature communiste dans le monde, fait l’objet de nombreuses sanctions de la part de la communauté internationale du fait de sa sortie du TNP et de son programme nucléaire militaire. Déjà exsangue économiquement, ces sanctions ont accentué la pauvreté et entretenu l’inflation dans le pays.

Face à cette situation, le ministre nord-coréen des Finances, Pak Nam-ki a lancé fin novembre 2009 une réforme monétaire qui a mis fin à la circulation des billets nord-coréens et imposé leur échange contre de nouveaux billets réévalués de 100%. Le problème de cette réforme est qu’elle a ruiné les économies thésaurisées de la population en limitant les quantités échangeables. Cette première réévaluation de la devise nord-coréenne depuis près de 17 ans a eu pour conséquence d’alimenter le mécontentement de la population, mécontentement qui s’est traduit cet hiver par de nombreuses émeutes violemment réprimées par Pyongyang. Le marché noir a également connu une véritable explosion puisque la population s’est précipitée afin d’échanger leur billets libellés en won en yuans chinois ou en dollars américains.

Afin d’apaiser la population, le gouvernement a  alors décidé de relever la limite imposée aux échanges, la faisant passer de 100 000 wons à 500 000 wons. De plus, effrayé par ces émeutes qui soulignent une nouvelle fois la faillite du régime, le responsable des finances nord-coréen fut démis de ses fonctions courant février par le leader Kim Jong-il. La presse sud-coréenne a annoncé hier que Pak Nam-ki aurait été exécuté dans une caserne militaire de la capitale suite à l’échec de cette réforme. 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *