Press "Enter" to skip to content

En bref: Le dernier scandale Goldman Sachs

En dépit de son entregent politique indéniable, la firme de Wall Street traîne depuis la crise des subprimes une réputation sulfureuse qui pourrait à terme sérieusement lui nuire…et également à ses partenaires! Au point de quasiment avoir fait tombé le gouvernement danois il y a quelques jours!

En effet, comme le détaille le journal britannique The Guardian, le gouvernement du Danemark a failli perdre son assise à l’Assemblée après qu’un parti membre de la coalition, le parti populaire socialiste, d’obédience écologique, ait décidé de se retirer à la suite d’un accord entre le pays et la banque Goldman Sachs.

Cet accord implique que la cinquième banque américaine puisse acheter 19% des parts de la compagnie publique Dong Energy pour un montant de 1.5 milliard de dollars, ce qui ferait tomber la part de l’Etat à environ 60%. Cette proportion reste toutefois largement suffisante pour influencer directement les questions stratégiques à venir. Dong Energy a notamment beaucoup investi dernièrement pour proposer des solutions rentables dans le domaine des énergies renouvelables. C’est, ainsi, l’une des entreprises du Danemark qui représente le plus important potentiel de développement dans les prochaines années, sur un secteur considéré comme clef par les analystes et économistes.

Le gouvernement danois a toutefois évité le pire puisque la présidente du parti populaire socialiste, Annette Vilhelmsen, a finalement décidé de maintenir son soutien parlementaire malgré le départ de six de ses ministres du cabinet. Depuis sa formation en 2011, le gouvernement minoritaire de Thorning-Schmidt a connu de nombreuses crises mais le dernier scandale lié à Goldman Sachs a été, jusqu’à présent, le risque le plus sérieux posé à sa survie.

Alors qu’il y a encore quelque temps, la banque américaine était le symbole de la réussite et de l’excellence, elle est devenue, au fur à mesure des déboires, la représentation la plus criante des dérives de la finance et de ses méfaits pour l’économie réelle. Goldman Sachs, tombeur de gouvernements?
 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *