Press "Enter" to skip to content

Franc suisse et yuan au coeur de l’actualité

L’actualité du marché des changes a été très fournie ce week-end avec le plus haut niveau historique enregistré par le franc suisse face à l’euro vendredi au lendemain de la décision de la BNS de laisser filer le taux de change de la devise helvétique et avec la décision de la banque centrale chinoise de poursuivre la politique visant à accroître la flexibilité du yuan face aux autres monnaies.

Cette nouvelle a eu son petit effet sur les marchés financiers aujourd’hui qui évoluent tous dans le vert. En fait, les marchés financiers s’attendent dans les semaines qui viennent à une appréciation du yuan de 3 à 4% ce qui serait en fait positif pour le commerce mondial et notamment les pays exportateurs de matières premières comme l’Australie ou la Nouvelle-Zélande. Dans ce contexte, les devises de ces deux pays s’affichaient en nette hausse aujourd’hui.

Toutefois, l’embellie apportée par la décision chinoise pourrait être de courte durée car la Chine ne s’est pas engagée officiellement à réévaluer le taux de change du yuan. Elle a simplement réaffirmé son engagement de renforcer la flexibilité de la devise chinoise, renouant ainsi avec un discours déjà entendu avant la crise.

Il est certainement probable que la Chine souhaite, par ce geste, apaiser les tensions qui commençaient à renaître, notamment aux Etats-Unis où le secrétaire au Trésor, Tim Geithner, s’en est pris de nouveau récemment au taux de change du yuan qui serait sous-évalué, selon certains économistes américains, d’au moins 40%.

Surtout, Pékin souhaite probablement que le yuan ne soit pas au coeur des discussions qui vont avoir lieu au G20 dans quelques jours. Afin d’apaiser les tensions, la Chine a donc décidé de ce geste. A en juger par les réactions dans les capitales occidentales, Pékin n’a pas de souci à se faire concernant le yuan pour le G20. Tous les responsables politiques internationaux semblent satisfaits par de simples paroles, quand il s’agit de la Chine en tout cas.

L’autre sujet d’actualité aujourd’hui fut une nouvelle fois le franc suisse qui s’affiche en nette hausse face au dollar et à l’euro. A la veille du G20, la présidente suisse, Doris Leuthard est revenue dans une interview sur la situation monétaire internationale, réaffirmant notamment son soutien à l’euro. Elle a également justifié la décision de la BNS de soutenir à tout prix le franc suisse contre l’euro pendant des mois, causant une perte de près de 5 milliards de francs suisses sur son bilan, en affirmant qu’il s’agissait surtout de protéger les PME contre le risque de change. Enfin, elle n’a pas souhaité commenter la décision de la BNS de laisser filer le taux de change du franc suisse, affirmant silmplement que la Confédération est prête pour l’instant à affronter une appréciation de la monnaie nationale.

La crise de la dette des Etats se renforce dans ce contexte d’embellie et d’optimisme. Ainsi, la mise en garde de l’agence de notation Fitch concernant la note souveraine du Japon est presque passée inaperçue aujourd’hui. L’agence a notamment affirmé que la note souveraine du pays pourrait être remise en cause si une réforme budgétaire sérieuse n’est pas présentée d’ici à la fin de l’année. La dette du Japon approche les 200% et elle éveille de nombreuses inquiétudes parmi les économistes. Il est préférable en ce moment de rester très prudent concernant l’évolution du yen. L’annonce de Fitch pourrait notamment avoir des répercussions dans les échanges asiatiques demain.

Enfin, c’est une journée cruciale pour la livre sterling demain puisque le chancelier de l’Echiquier, George Osborne, doit présenter son budget d’urgence pour le Royaume-Uni. La journée de demain sera cruciale car le pays risque de perdre sa note de crédit AAA, plusieurs agences de notation l’ont en effet mis en garde récemment. Vu le niveau actuel de la livre sterling, il est peu probable qu’elle chute demain suite à la présentation de ce budget qui devrait a priori satisfaire les agences de notation et les investisseurs. Il convient toutefois de rester très prudent si vous investissez sur l’EUR/GBP ou l’USD/GBP.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *