La banque centrale du Pérou s’inquiète des projets de taxe minière

A l'occasion d'une conférence à Lima, l'actuel gouverneur de la banque centrale du Pérou, Julio Velarde, s'est publiquement inquiété du projet de taxe minière soutenu par le président récemment élu Humala, proche idélogiquement du président Chavez.

L'une des premières lois qu'envisage de faire voter le nouveau président, une fois son entrée en fonction officialisée le 28 juillet prochain, est celle visant à établir une taxe, d'un montant non fixé pour le moment, sur les entreprises minières qui sont dans le pays. Un projet similaire avait un temps été évoqué en Australie il y a quelques mois avant que le Premier ministre ne recule en raison d'une opposition croissante au projet.
perou
A l’occasion d’une conférence à Lima, l’actuel gouverneur de la banque centrale du Pérou, Julio Velarde, s’est publiquement inquiété du projet de taxe minière soutenu par le président récemment élu Humala, proche idélogiquement du président Chavez.

L’une des premières lois qu’envisage de faire voter le nouveau président, une fois son entrée en fonction officialisée le 28 juillet prochain, est celle visant à établir une taxe, d’un montant non fixé pour le moment, sur les entreprises minières qui sont dans le pays. Un projet similaire avait un temps été évoqué en Australie il y a quelques mois avant que le Premier ministre ne recule en raison d’une opposition croissante au projet.

Troisième producteur mondial de zinc et surtout de cuivre, le Pérou a une économie essentiellement tournée vers l’exportation. Au cours de l’année dernière, les revenus miniers du pays ont atteint un véritable record en atteignant près de 21 milliards de dollars, en hausse de 27%, du fait du triplement des prix du cuivre en l’espace de deux ans et de la hausse spectaculaire de 76% du cours de l’once d’or.

Le nouveau gouvernement, qui a pour ambition de lutter contre les inégalités sociales, a particulièrement efrrayé les investisseurs avec cette proposition de taxe. Les chiffres parlent d’eux mêmes puisqu’au cours des trois derniers mois, depuis que le candidat Humala a évoqué cette taxe, les investissements ont considérablement diminué.

Le gouverneur de la banque centrale, qui ne cache pas ses divergences idéologiques avec le nouveau président, s’est montré très réservé au sujet de cette taxe, jugeant que, si cette réforme est bien menée et est juste, elle pourrait ne pas trop réduire les investissements dans le secteur mineur ce qui limiterait par conséquent l’impact négatif sur la croissance économique. Interrogé sur ses ambitions dans les mois à venir, le gouverneur a laissé plané le doute sur sa volonté de rester à son poste actuel une fois que le président Humala sera entré en fonction.

Sur le même sujet
: L’ère Humala ou la transposition du socialisme bolivarien au Pérou, par Christopher Dembik

user

user

Commentaires

Inscrivez vous a la lettre quotidienne

Recevez quotidiennement les infos du marche.

Fonction du site

  • L'actualite du forex
  • Devises Majeures
  • Analyse Technique
  • Crypto-monnaies
  • Brokers recommandes

Get Started

  • Tutorials
  • Resources
  • Guides
  • Examples
  • Docs

Forex.fr

  • Notre Histoire
  • L''equipe
  • Termes d'utilisation
  • Votre vie privee

Librairie