Press "Enter" to skip to content

La BCE va fixer le cap sur le marché des changes aujourd’hui

Avant d’évoquer l’Europe et la réunion de la Banque Centrale Européenne (BCE), un tour en Asie où les différents indicateurs publiés ont plutôt soutenu les cours. En effet, la Chine est une fois de plus venu à la rescousse des cambistes avec des chiffres confortant la relance économique du pays. En décembre, les exportations chinoises ont augmenté de 14.1% sur un an, soit largement au-dessus du consensus à 4.6% et de la hausse de 2.9% de novembre. Par ailleurs, les importations ont connu une progression de 6% sur la même période après une stabilité le mois précédent. Il semble donc que l’économie chinoise, qui jusqu’à présent avait bénéficié surtout d’une forte demande intérieure, reçoit désormais un peu d’aide de l’extérieur. Cela soutient les argumentaires selon lesquels la Chine va connaître une amélioration économique au cours des six premiers mois.

Sur le marché des devises, les bonnes données chinoises ne sont pas passées inaperçues et ont soutenu sans grande surprise l’AUD face au dollar américain. De son côté, le JPY poursuit sa baisse alors que la Banque du Japon (BoJ) doit se réunir prochainement et adopter une nouvelle cible d’inflation à 2%. On notera par ailleurs que l’EURUSD était globalement stable dans les échanges cette nuit tout comme les devises des pays scandinaves.

Aujourd’hui, le focus se portera essentiellement sur les deux réunions de politique monétaire qu’attendent les cambistes depuis lundi. On ne s’attend pas pour le moment à ce que la BCE dévoile de nouvelles mesures qui pourraient plutôt être conservées pour plus tard. Les rumeurs de nouvelle baisse des taux qui ont un temps circulé se sont évaporées. Mario Draghi pourrait éventuellement lors de son échange avec les journalistes laisser la porte ouverte à une telle option mais il pourrait aussi, ce qui semble cependant peu probable, envisager une hausse des taux. Un tel scénario pourrait être validé s’il annonce qu’il s’attend à ce que les banques retournent des sommes importantes le 30 janvier prochain, c’est à dire plus de 300 milliards d’euros, dans le cadre des sommes prêtées par l’institution. L’hypothèse d’une amélioration de la situation économique, qui renverrait à plus tard une baisse des taux, pourrait offrir un certain soutien à l’euro. A l’inverse, en cas de baisse des taux ou d’indices allant dans ce sens, la devise européenne pourrait être mise sous pression par les marchés financiers. Considérant également que la hausse au cours des deux derniers mois de l’euro repose en grande partie sur l’apaisement des tensions concernant les économies périphériques de la zone euro, l’émission obligataire de l’Espagne risque d’avoir un impact non négligeable sur les prix aujourd’hui.

Par ailleurs, la Banque d’Angleterre (BoE) devrait aussi maintenir son statu quo. Tout changement de politique monétaire constituerait une surprise de taille. L’attentisme est, du point de vue des membres du comité de politique monétaire, la position adoptée jusqu’à présent à en juger par le compte-rendu de décembre.

Enfin, pendant la session américaine, outre les revendications chômage qui vont tomber à 14h30, deux membres du FOMC, Bullard et George, vont s’exprimer sur les perspectives économiques. Il sera intéressant de suivre ces discours afin de savoir leur position lors de la prochaine réunion.

Dans les deux prochains mois, nous pourrions assister sur le marché des changes à une reprise de l’appétit au risque, sous l’impulsion notamment des bonnes données en Chine, ce qui pourrait avantager les devises cycliques, matières premières et remettre au goût du jour les stratégies de carry trade. Il faudra donc se préparer à ce changement de paradigme sur le forex.

 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *