Press "Enter" to skip to content

La Chine sous pression pour baisser ses taux

On s’attendait à un atterrissage en douceur, finalement, il risque d’être plus brutal que prévu. Les derniers indicateurs macroéconomiques publiés pour la Chine font tous le constat que l’économie connait un ralentissement brutal. Dernier chiffre en date qui n’a pas laissé insensible les cambistes: les profits industriels ont chuté de près de 5.2% dans le pays sur la période Janvier/Février. La dernière baisse similaire remonte à 2009, dans la foulée de la crise immobilière américaine, qui avait profondément modifié les perspectives économiques mondiales.
Pour faire face à ce ralentissement, la Chine n’a d’autre choix que d’assouplir rapidement sa politique monétaire et de mettre en vigueur des mesures propices à soutenir la demande intérieure, alors qu’une classe moyenne a émergé au cours des dernières années dans le pays. Pour ce faire, les premières mesures du gouvernement devraient consister en une ou plusieurs baisses de taux d’intérêt successives et aussi en la mise en place d’ici quelques mois de vastes projets d’investissement à travers tout le pays.
 
Evidemment, Pékin, qui fait face à une situation politique délicate, entre rumeurs de coup d’Etat et guerre entre clans au plus au niveau du pouvoir, ne pourra pas faire l’économie d’une baisse du taux de réserve obligatoire des banques qui fut augmenté à maintes reprises en 2010 et   2011 afin de freiner les pressions inflationnistes. Cependant, cette mesure, si elle aura l’avantage d’aider en termes d’offres de prêts, ne sera pas suffisante pour enrayer la demande de prêts qui sévit dans le pays en raison du ralentissement de la croissance.
 
Les premières mesures, selon les observateurs de la Chine, pourraient tomber d’ici quelques jours. On attend ainsi avec impatience les chiffres macroéconomiques du mois de mars qui devraient donner de précieuses indications aux marchés financiers sur le tempo que va choisir la banque centrale chinoise. D’ici seulement quelques jours, les investisseurs devraient être fixés, une fois que l’indice PMI manufacturier HSBC pour la Chine sera communiqué, samedi 31 mars, suivi de près le 2 avril par l’indice PMI non manufacturier.

 

 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *