La Commission Européenne réduit ses prévisions de croissance

La Commission Européenne réduit ses prévisions de croissance

Investing.com – La Commission européenne a abaissé jeudi son taux de croissance pour la zone euro, après des réductions significatives des estimations pour l’ensemble des plus grandes économies de la région – l’Allemagne, la France et l’Italie.

La Commission a souligné que le ralentissement de la croissance de la Chine et l’incertitude entourant les négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine constituaient les principaux risques pesant sur les perspectives à court terme.

L’UE s’attend maintenant à une croissance de 1,3% en 2019, contre 1,9%, et une expansion de 1,6% à l’horizon 2020, contre une prévision antérieure de 2,0%.

L’estimation mise à jour pour l’année en cours est de 1,6% prévue par le Fonds monétaire international ou de 1,7% prévue par la Banque centrale européenne lors de sa réunion de décembre. Le FMI et la BCE avaient ainsi estimé que la croissance de l’économie de la zone euro serait de 1,7% en 2020.

L’impact le plus important provient de la réduction des prévisions de croissance allemande à 1,1% en 2019 contre 1,8% auparavant et 1,3% en France par rapport à 1,6% précédemment, alors que les perspectives de l’Italie étaient réduites d’un point de pourcentage complet à seulement 0,2%.

La révision italienne est particulièrement sensible en raison du différend entre le gouvernement populiste de Rome et la Commission sur le déficit budgétaire de cette année. La Commission a accepté un budget révisé.

Les prévisions du secteur privé ont été à la baisse compte tenu de la détérioration récente des données économiques de l’Allemagne et de la France, les plus grandes économies de la région. Les économistes interrogés par FocusEconomics ont réduit leurs prévisions de croissance pour 2019 pour la région à 1,5% fin janvier, contre 1,6% auparavant.

« Le commerce mondial morose et la morosité actuelle pèseront sur l’élan de la zone euro, même si un resserrement du marché du travail, une politique monétaire accommodante et une inflation modérée apporteront un certain soulagement », souligne le rapport.

«L’augmentation du protectionnisme mondial, un ralentissement plus marqué de l’économie mondiale et la volatilité des marchés financiers sont tous des risques.»

Peter Vanden Houte, économiste en chef d’ING pour la Belgique et la zone euro, a averti que «la croissance maximale est maintenant derrière nous».

Il a prévu une croissance de seulement 1,4% pour la zone euro cette année et a également insisté sur le fait que les risques étaient biaisés à la baisse.

«Dans ces conditions, la BCE n’est guère incitée à resserrer sa politique monétaire. Nous pensons toujours qu’il pourrait y avoir une légère hausse du taux des dépôts, disons de 15 à 20 points de base, au quatrième trimestre de 2019 pour commencer à mettre de côté le deuxième instrument de politique de lutte contre la déflation, mais c’est loin d’être acquis « , a-t-il déclaré. «

user

user

Commentaires

Inscrivez vous a la lettre quotidienne

Recevez quotidiennement les infos du marche.

Fonction du site

  • L'actualite du forex
  • Devises Majeures
  • Analyse Technique
  • Crypto-monnaies
  • Brokers recommandes

Get Started

  • Tutorials
  • Resources
  • Guides
  • Examples
  • Docs

Forex.fr

  • Notre Histoire
  • L''equipe
  • Termes d'utilisation
  • Votre vie privee

Librairie