Press "Enter" to skip to content

La fin de la récession? L’économie américaine semble avoir retrouvé la croissance

Les chiffres du PIB seront publiés jeudi prochain mais semblent indiquer une croissance pour la première fois depuis 4 trimestres, mettant fin à la plus longue récession depuis les années 1930.

L’économie américaine semble avoir connu une croissance annualisée de 3.2% au troisième trimestre 2009, mettant ainsi fin à une récession qui a débuté à la fin 2007 et qui a été la pire depuis la grande crise des années 1930. C’est ce qu’estiment des analystes aux Etats-Unis en vue de la publication des chiffres économiques jeudi prochain. Un sondage effectué par l’Agence Bloomberg parmi des économistes arrive à des résultats équivalents.

Il sembler que la politique expansionniste de la Fed a aidé l’économie américaine à se sortir de la boue dans laquelle elle se trouvait. Rappelons qu’au deuxième trimestre, l’économie américaine s’était encore contractée  de 0.7% en rythme annualisé. Cette contraction était le quatrième trimestre consécutif de récession, une donnée sans précédent depuis le début des statistiques régulières en 1947. Sur la période de 12 mois s’étant terminée en juin 2009, l’économie américaine s’est contractée de 3.8%, ce qui correspond à une contraction per capita de près de 5%, une perte de niveau de vie jamais connue depuis les années 1930.
La baisse du taux d’intérêt sur le dollar à son niveau historiquement le plus bas, entre 0% et 0.25%, le programme d’achat des      « biens toxiques », comme les MBS, ainsi que des programmes d’incitation à la consommation ont contribué à cette sortie de crise, même s’il est possible de penser, au vu de l’expérience dans divers autres pays de la planète n’ayant pas recouru à de pareilles mesures, qu’une bonne partie de ces programmes étaient et sont inutiles. En fin de compte, le cycle économique existe et l’économie américaine serait sortie de la crise toute seule. Il reste maintenant à espérer que le prix payé pour tous ces programmes grandioses, une dette faramineuse et sans précédent ainsi que des programmes   « sociaux » très chers et qui risquent d’avoir des conséquences sociales dramatiques sur le long terme, ne plombera pas l’économie américaine et mondiale pour de très nombreuses années.

Dans l’intervalle, la bourse américaine continue de montrer sa force, même si les derniers jours ont été plus hésitants, emmenés par les meilleurs résultats que prévus des sociétés américaines. D’après Bloomberg, sur l’ensemble des sociétés du S&P500 ayant publiées des résultats trimestriels, environ 80% d’entre elles ont surpassé les attentes des analystes, le meilleur résultat depuis 1993.

La publication officielle des chiffres de la croissance américaine au troisième trimestre sera l’événement économique de la semaine, mais les acteurs attendent aussi d’autres chiffres importants, comme les commandes de bien de consommation durable, l’indice Case-Shiller du prix des maisons et le nombre de ventes de maisons au mois de septembre, qu’on attend en hausse, de 429’000 au mois d’août à 44’00 au mois de septembre. Cependant, il faut rappeler que le mois prochain se finira le programme spécial du gouvernement américain de baisses d’impôts temporaire sur l’achat d’une première maison. La fin de ce programme cause une certaine inquiétude aux Etats-Unis, où l’on craint que le rythme des ventes va baisser ou ralentir.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *