Press "Enter" to skip to content

La monnaie commune du Golfe

L’Arabie Saoudite, le Koweït, le Bahreïn et le Qatar ont annoncé la semaine dernière lors d’une réunion du Conseil de Coopération du Golfe un plan pour lancer l’année prochaine la première phase d’une union monétaire entre eux. Rappelons que le Conseil de Coopération du Golfe, (CCG) regroupe six pays, les quatre déjà nommés ainsi qu’Oman et les Emirats Arabes Unis (EAU), qui pour l’instant ne semblent pas vouloir rejoindre l‘union  monétaire. Les EAU ont refusé d’accepter que le siège de la Banque centrale soit situé à Riyad alors qu’Oman ne semble pas intéressé par l’idée sur le principe. 

Ce premier cas consiste en la création d’un Conseil monétaire du Golfe, qui devrait progressivement évoluer vers la création d’une véritable banque centrale des pays du Golfe.

Les pays du GCC ont un PNB d’une véritable superpuissance économique, 1’200 milliards d’USD, environ 40% des réserves prouvées de pétrole. D’autre part, suite à la hausse astronomique des prix du pétrole depuis le début des années 200, leurs coffres sont plein de pétrodollars. Seule la Chine peut se comparer à ce groupe de pays en termes de force financière.

La raison principale pour laquelle les pays du GCC considèrent la possibilité de cette union monétaire est la faiblesse structurelle du dollar américain, qui baisse la valeur réelle du pétrole. Les dangers de nouvelles baisses du billet vert, et donc de pertes pour les pays exportateurs de pétrole, sont très présents et ces derniers veulent éviter d’être trop dépendants des problèmes internes de l’économie américaine. Les pays du Golfe estiment qu’avoir une monnaie à eux leur permettra d’avoir un effet de seigneuriage et la stabilité nécessaire au développement de leur économie.

Le modèle de cette union monétaire est bien entendu l’Euro, qui est largement perçu dans le Golfe comme étant une réussite éclatante. Il est clair qu’à l’exemple de l’Euro, dont la création a pris plus de 20 ans à se réaliser, la monnaie commune du Golfe prendra du temps à se concrétiser. Peut-être même 10 ou 15 ans, mais cela ne veut pas dire qu’elle ne se fera pas.

Il y a également un aspect politique clair dans cette initiative. En effet, dans un monde de plus en plus multipolaire et multilatéral, les pays du Golfe, qui disposent donc d’une énorme force de frappe financière, veulent se faire aussi une place au soleil et devenir un pôle ayant un poids politique dans la carte du monde en général et, surtout, celle de la région en particulier.

Il faut préciser que cette monnaie commune n’a pas encore de nom et que de nombreux obstacles restent à franchir avant qu’elle devienne une réalité, mais les pays du CCG ont fait un grand pas en avant vers la réalisation de cet objectif.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *