Press "Enter" to skip to content

La paralysie de l’Euro suite à la poursuite des problèmes grecs

Lundi, rien n’a beaucoup changé sur le front de l’EUR/USD. On a donc connu une journée relativement calme, avec tous les regards qui sont restés concentrés sur la situation grecque et le plan de sauvetage de l’économie grecque.

De ce point de vue, les commentaires de l’Allemagne ont continué de se situer au centre de l’attention des marchés, bien que les déclarations de la Chancelière Merkel ont fait souffler le chaud et le froid.

D’un côté, l’Allemagne a dit être prête à prendre des mesures pour soutenir l’Euro, mais d’un autre côté, le pays continue à demander des engagements forts de la Grèce pour un plan d’austérité et de réformes qui soit crédibles, strict et dans la durée, afin d’éviter que l’Allemagne se voit de facto obligée de subventionner le comportement économique irresponsable de la Grèce. Un tel plan est actuellement en préparation et devrait être présenté « dans les jours qui viennent ».

Du point de vue des marchés financiers en général, et du marché des devises en particulier, cela veut dire que l’incertitude va se poursuivre pendant encore au moins quelques jours. En plus de ça, il n’est toujours pas sûr que le plan de prêts de 45 milliards d’Euros sera suffisant pour combler les besoins de la Grèce.

C’est pourquoi le spread des obligations grecques continue de s’élargir face aux obligations allemandes, qui sont la référence de la zone euro. La contagion vers le Portugal et même l’Espagne est d’ailleurs de plus en plus évidente et dangereuse.

Le résultat de tous ces événements est que la paire EUR/USD a de nouveau été en recul hier et ce matin pendant la matinée, se traitant aux alentours de 1.3357, après avoir tout de même rebondi un petit peu hier pendant l’après-midi pour finir au niveau 1.3383, presque sans changements par rapport à vendredi.

Bref, on le voit, pas grand-chose à se mettre sous la dent, en attendant des décisions qui devraient enfin mettre un terme à la crise grecque.

On attend aujourd’hui des nouvelles économiques positives en provenance des Etats-Unis qui devraient soutenir le dollar, bien que les dernières nouvelles n’aient pas eu l’effet attendu, ce qui doit nous pousser à la prudence sur la paire, qui semble tout de même avoir inclus dans son prix l’incertitude politique et économique autour de la crise des obligations souveraines.

En revanche, si la contagion grecque se poursuivait au-delà de ce que le marché des changes a déjà inclus comme information, c’est-à-dire si une véritable crise se développait aussi en Espagne et au Portugal, il est clair que la paire poursuivrait sa chute en-deçà du niveau des 1.30.

Comme ce n’est pas le cas actuellement, on continuera probablement à traiter la paire sans grands changements dans les prochains jours.

Du point de vue technique, les essais de la paire de casser durablement à la baisse le niveau de support de 1.3268/83 ont échoué, et elle est retourné dans le range de consolidation entre 1.3268 et 1.3850, vers le bas du range, ce qui confirme techniquement ce que nous disions dans notre analyse fondamentale, à savoir qu’il n’y a pas de décision ou de tendance claire sur la direction de la paire, bien que nous restions avec un biais négatif, c’est-à-dire que nous sommes short Euro, au vu de l’environnement actuel.

Pour donner une indication solide qu’on serait reparti à la hausse, il faudrait au minimum repasser au-dessus de 1.3475. Nous ne sommes pas encore arrivé à ce niveau, et de loin.

N’oubliez pas vos stops!

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *