Press "Enter" to skip to content

La Pologne, toujours une terre de prospérité économique?

Depuis 1989 et la fin du communisme en Pologne, le pays a connu une période de croissance ininterrompue, et fût l’un des seul pays en Europe à échapper à la récession après la crise de 2008. Mais les perspectives économiques sont aujourd’hui moins bonnes et la Pologne connaît un ralentissement de sa croissance au premier trimestre. Serait-ce alors la fin d’une période prospère pour le pays? Quelle réaction attendre des autorités monétaires?

Membre de l’Union Européenne depuis 2004, la Pologne a été le seul pays de la zone à ne pas connaître la récession depuis la crise de 2008, lorsque même les pays les plus solides subissaient la crise de plein fouet. En vingt ans, la croissance du PIB aura atteint 120% avec une moyenne de 3.9% chaque année, ainsi le niveau de vie des habitants n’a cessé de croitre et le revenu par habitant à plus que doublé. Le pays s’était lancé dans un vaste programme de modernisation de ses infrastructures afin d’accueillir l’Euro de football en 2012. Ce vaste chantier aura permis de développer le réseau routier, mais aussi l’ensemble des infrastructures de transport. Pour l’année 2008, le pays enregistrait une croissance de 4.8% après une progression de 6.6% en 2007. Ce véritable boom de la croissance est largement soutenu par une forte demande intérieure, responsable à hauteur de 70% de la croissance soit 3.3 points de PIB pour 2011. Le taux de chômage atteignait son plus bas niveau à 6.8% en septembre et octobre 2008, alors qu’il dépassait les 7% dans l’ensemble de la zone euro.

Mais, depuis quelques temps, la Pologne semble faire face à un ralentissement économique important. Pour l’année 2012, la croissance a largement reculé pour atteindre environ 2% et le début de l’année était marqué par un repli à 0.4% au premier trimestre, soit un plus bas depuis quatre ans. Du côté de l’inflation, l’indice des prix à la consommation n’a cessé de diminuer depuis 2008. D’abord au dessus des 4% il y cinq ans, l’inflation dans le pays a été diminuée de moitié depuis. Quant au taux de chômage, celui-ci est finalement remonté au dessus de 10% en novembre 2011 et reste toujours élevé bien qu’en recul ces derniers mois, à 13.2% de la population active en juin.

C’est dans ce contexte de repli économique que la Banque Nationale de Pologne a décidé de baisser son principal taux directeur. Tandis que la FED annonçait un virage de sa politique monétaire, la NBP (Narodowy Bank Polski) diminuait ce mercredi son taux directeur de 0.25 point, à 2.50%. Cette décision qui ne surprend pas les analystes, intervient après une série de baisses depuis la fin de l’année, mais dont le rythme s’est fortement accéléré ces derniers mois. La Banque Nationale de Pologne devrait maintenir ce taux “au moins” jusqu’à la fin de l’année selon le gouverneur Marek Belka, pour qui “le pire est passé pour l’économie polonaise”. D’après les analystes, ce taux devrait être maintenu jusqu’à l’année prochaine et aurait pour objectif un maintient de l’inflation autour des 2%.

La Banque centrale affiche son intention de renouer avec la croissance, et semble vouloir prendre ses responsabilités à l’image de la BCE ou de la FED. Après avoir évité la crise de 2008, la Pologne pourrait prochainement connaître des difficultés mais le pays peut compter sur le soutien de sa banque centrale.

 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *