La reprise se précise dans la zone euro et aux USA

La reprise se confirme, ce qui soulage de nombreux investisseurs, mais étant donné les nombreuses incertitudes qui pèsent encore sur celle-ci, la prudence reste de mise sur le marché des changes. Les valeurs jugées habituellement à risque fluctuent au gré des nouvelles, même si elles marquent clairement leur ascendant par rapport au dollar et au yen. Les prochaines semaines devraient être décisives et certainement confirmer le retour du goût pour le risque sur le marché des changes.
zone_euro.jpg

La reprise se confirme, ce qui soulage de nombreux investisseurs, mais étant donné les nombreuses incertitudes qui pèsent encore sur celle-ci, la prudence reste de mise sur le marché des changes. Les valeurs jugées habituellement à risque fluctuent au gré des nouvelles, même si elles marquent clairement leur ascendant par rapport au dollar et au yen. Les prochaines semaines devraient être décisives et certainement confirmer le retour du goût pour le risque sur le marché des changes.

L’euro – Pour la zone euro, l’évènement de la semaine fut la sortie de récession de la France et de l’Allemagne au deuxième trimestre. Toutefois, même si une telle nouvelle a renforcé la monnaie unique européenne, les analystes du marché des changes restent particulièrement prudents. La chute du PIB aux Pays Bas et en Espagne, à hauteur de 1% au deuxième trimestre pour notre voisin ibérique, ont souligné que la reprise en Europe serait certainement très disparate. De plus, cette reprise devrait être lente et la Banque Centrale Européenne parie toujours sur une reprise de l’activité de la zone euro seulement à l’horizon 2010, probablement au cours du deuxième trimestre. A ce moment là, la BCE devrait certainement envisager de relever ses taux qui sont à 1% pour le moment, niveau approprié selon les reponsables de la banque centrale. Le risque qui pèse désormais sur la zone euro est la déflation, scénario qui s’est confirmé avec la publication des prix à la consommation au mois de juillet. Ces derniers ont chuté de 0,7%, un niveau jamais égalé jusque là dans la zone euro.

Le dollar – En début de semaine, le dollar a été victime de prises de bénéfices suite à la publication des bons chiffres du chômage. Ces chiffres ont laissé espérer, pendant un temps, que la Réserve Fédérale soit la première banque centrale à relever ses taux ce qui permettrait de renforcer la position du dollar sur le marché des changes. En fait, la Fed, qui a laissé ses taux inchangés, exclue pour le moment une remontée de ses taux. Même si l’économie américaine semble être de nouveau sur de bons rails, de nombreuses incertitudes demeurent comme l’a souligné la chute surprise de la confiance des consommateurs américains. Cet indicateur a confirmé que la consommation des ménages, l’un des principaux moteurs de la croissance outre atlantique, reste faible. Ainsi, rétrospectivement, le choix de la Réserve Fédérale semble être validé.

La livre sterling– La devise britannique fut sous pression presque toute la semaine, à cause de la publication du rapport trimestriel de la Banque d’Angleterre sur l’inflation et de la décision, prise la semaine dernière, d’augmenter de 50 milliards de livres le programme d’assouplissement quantitatif. A l’inverse de la zone euro qui semble se rapprocher de la sortie de crise, le Royaume Uni est confronté à une situation délicate qui pénalise la devise britannique sur le marché des changes. De nombreuses incertitudes demeurent et le gouvernement britannique doit, en plus, faire face à un recrudescence du chômage, qui a atteint son plus haut niveau depuis l’automne 1996.

Le rouble – Alors que le ministre des Finances russe a catégoriquement exclu une dévaluation du rouble tant que les prix du pétrole se maintiennent à un haut niveau, le rouble a accusé une forte chute sur le marché des changes suite à la publication de mauvaises statistiques. En effet, en dépit de la remontée des matières premières, le PIB russe a accusé une dégringolade 10,9% au deuxième trimestre, destabilisant un peu plus le rouble. D’après la banque centrale russe, la volatilité du rouble devrait perdurer dans les mois qui viennent à cause des incertitudes entourant la reprise mondiale.

user

user

Commentaires

Inscrivez vous a la lettre quotidienne

Recevez quotidiennement les infos du marche.

Fonction du site

  • L'actualite du forex
  • Devises Majeures
  • Analyse Technique
  • Crypto-monnaies
  • Brokers recommandes

Get Started

  • Tutorials
  • Resources
  • Guides
  • Examples
  • Docs

Forex.fr

  • Notre Histoire
  • L''equipe
  • Termes d'utilisation
  • Votre vie privee

Librairie