Press "Enter" to skip to content

La revue écofi du 29 septembre

Les points essentiels:

– Des opérations de Fusions et Acquisitions poussent le marché actions US à la hausse, et le bon sentiment s’étend à l’Asie.

– Le Yen est en retrait face au GBP

– De manière totalement inattendue, la banque centrale danoise coupe à nouveau ses taux d’intérêts dans le but de limiter l’entrée de devises étrangères. De nouvelles coupes dans le taux ne sont pas à exclure.

La situation sur les marchés:

Les indices américains ont monté hier dans un contexte de fusions et d’acquisitions dans les domaines des sociétés de médicaments et de technologie, qui donnent une nouvelle preuve du rebond du marché après son point le plus bas en six ans. Tous les secteurs industriels ont avancé pour une forte progression globale du S&P500 de 1.8%, même s’il faut tenir compte d’un faible volume de transactions, dû à la fête juive du Yom Kippour. Le S&P500 devrait obtenir son meilleur résultat trimestriel depuis 1998.

Les marchés asiatiques ont monté dans le sillage du marché américain. Le Nikkei 225 a pris 0.7%, aidé en cela par le fléchissement du Yen, alors que certains analystes ont aussi cité la couverture de positions short comme raison de la hausse. Le Hang Seng a enregistré une forte progression de 2.2% alors que l’indice australien, le S&P/ASX200, monte de 1.7%.

Les derniers chiffres économiques au Japon confirment le risque déflationniste et montrent une baisse de 2.2% annualisée des prix à la consommation pour le mois d’août. La baisse de 2% à Tokyo était supérieure de 0.2% aux attentes des analystes.

Sur le marché des devises, suite aux commentaires du ministre des finances japonais, le JPY est tombé le plus parmi les monnaies du G10 dans un environnement où l’appétit du risque est retourné, alors même que les analystes disent à l’unisson que le renforcement de la veille était exagéré. Le GBP corrige quelque peu et reprend 0.4% contre l’Euro alors que la paire EUR/USD traite dans les environs d2 1.46-1.4650. Les monnaies scandinaves, SEK et NOK, baissent légèrement face à l’Euro alors que la paire EUR/CHF reste stable autour de 1.51.

Sur le marché du pétrole, le prix a touché hier 65.50 USD le baril, avant de remonter vers les niveaux de 67 USD dans la soirée. L’optimisme sur la demande dans un contexte de reprise économique a été l’une des raisons pour cette montée du prix.

Aujourd’hui, on n’attend pas de grandes nouvelles susceptibles de bouger les marchés, bien que tout le monde soit concentré actuellement sur la force de la consommation américaine. Ce fait pourrait attirer l’attention des marchés sur l’indice de confiance des consommateurs. Le dollar pourrait en être influencé. L’indice du prix des maisons est aussi attendu.

Sur le marché des devises, on attend la direction en provenance du marché des actions, et par exemple une paire sur-vendue comme le GBP/JPY pourrait malgré tout continuer son appréciation alors que d’autres devises pro-cycliques comme l’AUD et le NZD pourraient continuer leur appréciation face au USD. Après une pause, nous nous attendons à ce que l’EUR/USD poursuive sa hausse avant de probables forts résultats économiques jeudi.

La Nationalbank (la banque centrale) danoise a choisi hier de réduire ses taux d’intérêts de 0.10% à 0.15%, entre 0.9% et 1.0%, seulement deux jours ouvrables après avoir déjà réduit les taux de 0.1%.  La banque n’a pas donné de justifications pour ce timing étrange, autre que les arguments usuels concernant le marché des devises et la nécessité de ne pas voir la devise locale, le DKK, trop se renforcer. Tant que les money markets sont faible en EUR, le DKK continue de bénéficier d’un avantage qui devrait continuer à le soutenir, et c’est pourquoi on ne peut exclure de nouvelles réductions des taux. Malgré tout, le DKK ne s’est pas trop affaibli et la paire EUR/DKK tourne autour de 7.4430, légèrement au-dessus de son niveau de hier.

Toujours en Scandinavie, les ventes ont été fortes en Suède, portées entre autres par un faible SEK, qui a gardé les locaux à la maison au lieu de les envoyer en vacances à l’étranger.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *