Press "Enter" to skip to content

Le baht thaïlandais vers plus de flexibilité

Marché très calme aujourd’hui en raison des vacances de Pâques. C’est l’occasion pour notre rédaction de proposer un focus plus particulier sur le baht thaïlandais alors que les principales monnaies sont quasiment stagnantes dans un marché sans volume.

Aujourd’hui, la banque centrale de Thaïlande a annoncé son intention de laisser le baht s’apprécier sur le marché des changes afin de contenir l’inflation. Une intervention n’est pas exclue si la devise s’apprécie trop brutalement. Au cours de l’année dernière, la devise avait connu une appréciation de près de 7.7% face à l’USD, enregistrant l’une des meilleures performances des devises asiatiques.

L’attitude de la banque centrale n’est pas isolée en Asie puisque de nombreux pays, qui ont eu tendance au cours des derniers mois à tout faire pour limiter l’appréciation de leur monnaie, ont décidé de lâcher du lest en raison de la progression importante de l’inflation. Cette inflation est en grande partie extérieure, provenant notamment de la forte hausse du prix du baril de pétrole qui est au-dessus de 100 dollars. En décidant de laisser leur devise s’apprécier, les pays asiatiques, au premier rang desquels la Thaïlande et Singapour, suivent les récentes recommandations du FMI.

Des hausses des taux directeurs sont également à prévoir dans les prochaines semaines et les prochains mois, afin de lutter plus efficacement contre les pressions inflationnistes. Le baht a d’ailleurs immédiatement réagi à une hausse des taux aujourd’hui, atteignant son plus haut niveau depuis le 6 décembre dernier face à l’USD, à 29.88 pour un dollar.

Cependant, cette politique, qui vise à préserver la croissance sur le long terme en protégeant le pouvoir d’achat, risque surtout de pénaliser tout un pans industriel de ces pays, pans qui est tourné vers l’exportation. C’est donc en sacrifiant des points de croissance à court terme que ces pays pourront pérenniser le mouvement de hausse de l’activité économique sur le long terme.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *