Press "Enter" to skip to content

Le forex et la finance islamique

Depuis deux ou trois ans, la finance islamique est devenu un sujet d’actualité en France. En effet, de nombreuses institutions bancaires ont perçu l’intérêt de miser sur cette déclinaison de la finance traditionnelle pour attirer de nouveaux investisseurs et aussi pour s’implanter dans les pays arabes. La crise de 2008, qui a ébranlé le modèle capitalistique américain, a donné des ailes à la finance islamique, présentée comme vertueuse et, à tort, à l’écart des errements du modèle financier occidental. Cependant, la crise de Dubaï, présentée par l’économiste français Michel Ruimy comme la «crise d’adolescence de la finance islamique » (cliquez ici pour lire l’article ), a porté un coup à ces suppositions.

Pour autant, la finance islamique reste toujours d’actualité et le monde du marché des changes, longtemps dominé par le modèle américain, se tourne progressivement vers cette déclinaison de la finance traditionnelle afin de faire une place à un nouveau profil d’investisseurs.

La finance islamique est en fait née dans les années 70 dans le but de développer des services bancaires et des produits financiers qui soient compatibles avec les préceptes du Coran. Jusqu’au début des années 2000, la finance islamique était encore peu connue en Europe et aux Etats-Unis. Le Royaume-Uni, du fait notamment de ses anciens liens coloniaux dans le Golfe, fait figure de proue en Europe puisque, dès 2004, la place financière de la City propose des produits financiers compatibles avec le Coran. Cette nouvelle période qui s’ouvre coïncide d’ailleurs avec l’émergence de puissants fonds souverains du Moyen-Orient qui sont alimentés par l’argent du pétrole.

Progressivement, la finance islamique suscite un vif intérêt de la part des milieux bancaires et financiers occidentaux qui voient dans cette déclinaison de la finance traditionnelle un nouveau moyen de se développer et de prospérer.

La France, dont le cadre juridique ne se prête guère à la finance islamique, se tourne timidement vers  ce nouveau marché à partir de 2008 en permettant dans un premier quelques opérations sous forme de mourabaha sur le marché des entreprises. La mourabaha est un contrat de vente au prix de revient majoré d’une marge bénéficiaire connue et convenue entre le vendeur et l’acheteur. Depuis, plusieurs discussions ont lieu afin d’adapter le cadre juridique français à la finance islamique.

Comme tous les marchés financiers, le forex s’ouvre également à la finance islamique. De plus en plus de brokers proposent déjà des comptes compatibles avec les prescriptions du Coran, comme Etoro , et certains brokers sont même installés dans le Golfe, à Dubaï, à l’instar d’ACM ou de Saxo Banque . Bien que le modèle de finance islamique ait été ébranlé par la crise de Dubaï, cette nouvelle activité continue d’attirer de plus en plus d’acteurs mus soient par des motifs religieux soient par les perspectives de bénéfice.

La principale différence entre le forex islamique et le forex normal tient au fait qu’il n’y a pas de swap sur les comptes forex en accord avec le Coran. En effet, le swap , qui a lieu tous les soirs à 23H, n’est pas pris en compte sur un compte forex islamique. C’est la principale différence entre un compte forex normal et un compte forex islamique.

Certains peuvent, à juste titre, souligner que le forex islamique est une nouvelle astuce marketing mais il convient également de souligner qu’elle répond à une demande croissante de la population, même en France, qui souhaite pouvoir investir tout en respectant certains préceptes de sa religion.


Rejoignez la communauté forex.fr sur Facebook et Twitter !

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *