Press "Enter" to skip to content

Le Franc Suisse et le dollar canadien

Notre opinion de court-terme sur le CHF et le CAD: baissier

La semaine à venir nous donnera peu de nouvelles économiques spécifiques au Franc suisse. Le cours du CHF sera sans doute en ligne avec la tendance générale sur les marchés financiers et des devises . Le Franc s’est traité en hausse régulière face au USD depuis le mois de mars, en dépit de la continuation de la déflation, de la montée du chômage, d’une faible demande sur les marchés d’exportation, alors que la Suisse est un petit pays très ouvert et tourné vers le monde et surtout l’Union européenne (qui absorbe 60% du commerce extérieur suisse), ainsi qu’un activisme intense de la BNS contre l’appréciation du CHF. Bien entendu, cette appréciation s’est faite dans un contexte plus général de dépréciation de la valeur du dollar et d’appétit retrouvé pour les avoirs à risque.

Il y a quand même un petit hic dans toute cette histoire, et il provient du marché des actions: le P/E des marchés actions est aujourd’hui à  son niveau le plus élevé depuis 2003, ce qui semble malgré tout être quelque peu surfait à un moment où l’économie mondiale est dans sa pire récession depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Si le momentum à la hausse véritablement atteint son maximum, une forte correction à la baisse pourrait être en vue, ce qui pourrait, au moins à court terme, renforcer le dollar contre toutes les principales monnaies, y compris le CHF.

De son côté, le CAD a reculé quelque peu vendredi après la publication de l’indice des prix à la consommation. Celui-ci est tombé pour le quatrième mois consécutif en septembre, la plus longue série depuis 1953. Le rythme annuel de l’inflation est même tombé à -0.9%, bien que l’inflation de base soit elle tombée moins que prévu, de 1.6% à 1.5%, mettant une nouvelle fois en relief la dépendance de l’indice face au prix des matières premières.

De plus, les chiffres de l’inflation seront à la base de la plus importante décision de la semaine en ce qui concerne le CAD, celle de la Banque du Canada concernant le taux d’intérêt. On s’attend à ce que la BoC laisse une nouvelle fois le taux inchangé à 0.25%, et c’est vrai qu’il n’y a de toute façon plus vraiment de place pour couper le taux et qu’il est surement trop tôt pour le relever. Une nouvelle baisse du taux pourrait peser sur le CAD, même si elle semble être extrêmement peu probable, ce d’autant que le CAD répond surtout aux changements économiques.

D’autres sources potentielles de volatilité pour le CAD sont à trouver d’abord et surtout dans le prix du pétrole, dont la hausse commence à s’épuiser. On suivra quand même aussi avec intérêt les ventes de détail et le rapport de la politique monétaire de la BoC, qui sera important puisqu’il contiendra de nouvelles prédictions sur la croissance et l’inflation. Il faudra suivra attentivement les chiffres du PNB. S’ils sont bons, il n’est pas impossible que le marché anticipe une hausse des taux en 2010 et pourrait d’ores-et-déjà l’inclure dans le prix.

Du point de vue technique, le graph USD/CAD montre qu’il n’est plus survendu, ce qui pourrait continuer à le soutenir.

N’oubliez pas vos stops et soyez disciplinés!

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *