Le Japon facilitera t’il encore sa politique monétaire ?

Bien que la banque centrale japonaise ait souligné la reprise des exportations dans le pays, les derniers chiffres de l’économie nationale dresse un tableau complètement différent. Vous trouverez dans cet article tout ce qu’il faut savoir pour trader la monnaie japonaise sur le marché des changes.

Les données économiques de janvier suggèrent que le pire n’est pas encore arrivé au Japon, les données sont, en effet, encore grandement dans le rouge. Pour commencer, les dépenses des ménages ont marqué un recul annualisé de 5,1%, un chiffre bien en deçà des prévisions de -4%. Les ventes au détail ont également chuté de 2% sur une base d’année en année et cela fait sept mois consécutifs. Comme nous vous en parlions précédemment, la banque centrale du Japon pourrait donc avoir besoin de faciliter à nouveau sa politique monétaire pour pallier l’impact de la hausse de la taxe sur les ventes d’avril dernier.

En plus de cela, les chiffres de l’emploi ne sont pas non plus très favorables. Le taux de chômage a ainsi bondi de 3,4% à 3,6%. Les composantes du rapport révèlent que les japonais boudent le marché du travail à l’image du taux de participation qui marque un recul et passe de 59,3% à 59% pour janvier.

Ces mauvais chiffres pourraient également être seulement la face émergée de l’iceberg. La baisse des niveaux des prix devrait, en effet, entrainer des faiblesses de l’inflation et entrainer une baisse des salaires dans les semaines à venir.
L’IPC est également peut rassurant puisqu’il a imprimé un faible 0,5% en décembre, bien loin donc de la cible des 2%. Aussi étrange que cela puisse paraître, le gouverneur Kuroda persiste cependant à marteler sa confiance dans l’économie.
banque centrale japon forex
Bien que la banque centrale japonaise ait souligné la reprise des exportations dans le pays, les derniers chiffres de l’économie nationale dresse un tableau complètement différent. Vous trouverez dans cet article tout ce qu’il faut savoir pour trader la monnaie japonaise sur le marché des changes.

Les données économiques de janvier suggèrent que le pire n’est pas encore arrivé au Japon, les données sont, en effet, encore grandement dans le rouge. Pour commencer, les dépenses des ménages ont marqué un recul annualisé de 5,1%, un chiffre bien en deçà des prévisions de -4%. Les ventes au détail ont également chuté de 2% sur une base d’année en année et cela fait sept mois consécutifs. Comme nous vous en parlions précédemment, la banque centrale du Japon pourrait donc avoir besoin de faciliter à nouveau sa politique monétaire pour pallier l’impact de la hausse de la taxe sur les ventes d’avril dernier.

En plus de cela, les chiffres de l’emploi ne sont pas non plus très favorables. Le taux de chômage a ainsi bondi de 3,4% à 3,6%. Les composantes du rapport révèlent que les japonais boudent le marché du travail à l’image du taux de participation qui marque un recul et passe de 59,3% à 59% pour janvier.

Ces mauvais chiffres pourraient également être seulement la face émergée de l’iceberg. La baisse des niveaux des prix devrait, en effet, entrainer des faiblesses de l’inflation et entrainer une baisse des salaires dans les semaines à venir.
L’IPC est également peut rassurant puisqu’il a imprimé un faible 0,5% en décembre, bien loin donc de la cible des 2%. Aussi étrange que cela puisse paraître, le gouverneur Kuroda persiste cependant à marteler sa confiance dans l’économie.


Sur une note plus optimiste, les données relatives à la production industrielle semblent corroborer l’évaluation positive de la Banque centrale japonaise. La demande extérieure a, en effet, montré une impressionnante hausse mensuelle de 4%. Ce bon chiffre a été stimulé par la reprise des exportations de pièces électroniques et automobiles aux Etats-Unis et en Asie. Ces régions ont profité des faibles niveaux de prix d’une part et de l’affaiblissement du yen d’autre part.
Les analystes ont fait remarquer que la vigoureuse croissance de la production pourrait éventuellement se traduire par une augmentation des offres d’emploi et une hausse des salaires. Avec cela, les dépenses de consommation pourraient récupérer un peu leur retard.

La plupart des décideurs de la BoJ et des représentants du gouvernement japonais continuent de  soutenir la politique du gouverneur Abe. Ces derniers pensent, en effet, que cela finira par relancer un cycle de croissance tout en prévenant la déflation. Gardez, cependant, à l’esprit que cela fait deux ans que des réformes agressives ont été appliquées et que les résultats ne sont pas flagrants.

La BoJ continuera t’elle a affirmer que ses manœuvres de politique ont des effets bénéfiques sur l’économie du pays ont devra t’elle faciliter à nouveau la politique monétaire pour maintenir le Japon à flot ? La question reste aujourd’hui entière, affaire à suivre donc.

user

user

Commentaires

Inscrivez vous a la lettre quotidienne

Recevez quotidiennement les infos du marche.

Fonction du site

  • L'actualite du forex
  • Devises Majeures
  • Analyse Technique
  • Crypto-monnaies
  • Brokers recommandes

Get Started

  • Tutorials
  • Resources
  • Guides
  • Examples
  • Docs

Forex.fr

  • Notre Histoire
  • L''equipe
  • Termes d'utilisation
  • Votre vie privee

Librairie