Press "Enter" to skip to content

Le trading sur le FX a plus de succès mais pas en France

Le dernier rapport de la BRI, souvent appelée la « banque des banques centrales » est tombé. Mauvaise nouvelle pour la France mais la tendance constatée par la rédaction de forex.fr depuis 2007 semble se confirmer sur le marché des changes.

Du point de vue strictement international, le trading sur le marché des changes continue de séduire de plus en plus d’investir puisqu’en l’espace de trois ans, le trading a augmenté de 20%. Au total, les échanges par jour en avril 2010 atteignaient près de 4000 milliards de dollars contre un peu plus de 1000 milliards en 2001.

Cependant, par pays, le différentiel est parfois frappant. Le Royaume-Uni et les Etats-Unis restent largement en tête des échanges, avec plus de 36.7% de parts de marché pour Londres et 17.9%, soit loin derrière, pour les Etats-Unis. Le recul s’est accentué pour la Suisse qui a perdu sa quatrième place au profit de Singapour. Les places asiatiques font largement leur entrée dans le classement. Cependant, la France n’a pas bougé depuis 2007, réunissant seulement 3% des échanges mondiaux. Pire encore, depuis 1995, cette part n’a cessé de décroître, passant de 3.8% à 3% de nos jours. L’Allemagne fait toutefois pire avec un taux de seulement 2.1%.

Par ailleurs, la tendance que nous avons annoncé il y a près de trois ans se confirme sur le marché des changes. Les devises exotiques connaissent un succès de plus en plus grand au fur à mesure que le centre économique mondial se déplace vers les pays émergents. Le dollar américain, bien que souvent désavoué, tient toujours le haut du pavé, représentant 84.9% des transactions quotidiennes en 2010. L’euro se place en deuxième position, mais toujours loin derrière, à 39.1%. Plusieurs devises traditionnelles, comme la livre sterling ou le franc suisse, perdent légèrement du terrain, au profit des valeurs exotiques comme le real brésilien, le dollar de Singapour ou encore le won coréen. Ainsi, depuis 2007, les devises de 23 pays émergents représentent 14% des échanges contre seulement 1.7% il y a trois ans. Enfin, les devises matières premières connaissent toujours un succès important, notamment dans le cadre des stratégies de carry trade.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *