Press "Enter" to skip to content

L’échec des LTRO en zone euro

Les opérations de refinancement à long terme de la BCE, LTRO, se sont avérées être un flop majeur car la demande de prêt fut beaucoup plus faible que prévu. Alors que le gouverneur de la BCE et ses hommes ont offert 400 milliards d’euros en crédit ultra bon marché pour stimuler les prêts, les analystes s’attendent à voir un rattrapage d’environ 150 milliards d’euros. Nous en constaterons les impacts sur la monnaie européenne et le marché des changes.
 
Gardez à l’esprit que ce n’est que la première partie de l’opération de refinancement de la BCE cette année et qu’une deuxième série de mesure devrait avoir lieu en décembre. Ce changement de politique monétaire devrait conduire la BCE à réduire encore ses taux d’intérêt pour stimuler la croissance et l’inflation dans la région. Cette opération permet aux banques d’emprunter auprès de la banque centrale européenne à des taux très bas.

Les LTRO de la BCE affaiblit la demande
Apparemment, l’opération de refinancement à long terme de la BCE n’est pas assez satisfaisante. En effet, le taux de participation concernant les prêts ont sombré ce qui indique que les acteurs du marché ne croient pas vraiment en la mesure et craignent une déflation. L’inflation se situe, quant à elle, à 0,4%, bien loin des objectifs de 2% de la BCE. Histoire d’aggraver les choses, la zone euro est confrontée à des turbulences actuellement. Les récentes sanctions infligées par la Russie sont en effet susceptibles de ralentir encore la croissance économique.

Draghi a également indiqué que la BCE était toujours en réflexion concernant les achats de titres adossés aux actifs pour leur prochaine orientation de politique monétaire. Bien que la taille réelle du programme n’ait pas encore été spécifiée, les analystes estiment que la faiblesse du LTRO ciblé obligerait la BCE à mettre une grande quantité d’achats ABS.

Pour l’instant, les décideurs politiques de la BCE croisent les doigts pour que les prochaines ventes aux enchères de prêt voient une demande en hausse. Notez que les banques européennes sont encore mal à l’aise vis à vis de l’augmentation de l’emprunt dans la mesure où les résultats n’ont pas encore été révélés.

Si les banques continuent de bouder les prêts bon marché de la BCE alors l’euro pourrait connaître un avenir assez sombre, en particulier par rapport au dollar américain. Souvenez vous en effet que la fed s’apprête à opérer un resserrement de politique monétaire dans les semaines à venir.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *