Press "Enter" to skip to content

Les cinq décisions de politique monétaire qui vont dominer la semaine sur le forex

L’analyse du marché des changes nous enseigne que les décisions des banques centrales ont un impact incommensurable sur les valeurs des principales devises. De fait, les traders ne peuvent en aucune façon faire l’impasse sur ces évènements. La semaine qui s’annonce va justement être un exemple parfait de cette influence puisque cinq des principales banques centrales mondiales vont se réunir: la RBA, la BoC, la BoJ, la BoE et la BCE.

Décision de politique monétaire de la RBA, le 5 mars à 1h du matin

Dans son dernier communiqué, qui remonte au 5 février dernier, la banque centrale avait laisser entendre la possibilité d’un nouvel assouplissement monétaire. En raison d’une inflation qui est encore parfaitement érable, de nombreux analystes ont également considéré que l’Australie est en mesure de baisser ses taux. Cependant, au cours des derniers semaines, on a pu assister un changement de ton sur le sujet puisque le gouverneur de la RBA, Stevens, a clairement annoncé un statu quo de la politique monétaire australienne pour le moment.

L’enjeu de cette nouvelle réunion est donc d’y voir plus clair dans la position de la RBA après ces quelques messages contradictoires. La possibilité d’une baisse des taux pourrait en tout cas faire plonger la paire AUDUSD sous 1.0200 tandis que le maintien des taux à leur niveau actuel pourrait favoriser un rebond du cross sur le marché des changes.

Décision de politique monétaire de la BoC, le 6 mars à 16h

Au cours de la dernière partie de l’année 2012, la BoC a été certainement la banque centrale parmi les nations du G7 qui a le plus milité pour un durcissement de la politique monétaire. Pendant que certains de ses confrères envisageaient de nouvelles pistes d’assouplissement, le gouverneur Carney pensait plutôt à remonter les taux au Canada.

Cependant, cet engouement pour un durcissement des taux semble avoir fait long feu. En effet, dans le communiqué suivant la réunion de janvier, la banque centrale s’est abstenue d’évoquer le sujet. En effet, elle juge finalement que le niveau actuel de l’inflation et la stabilisation de la dette des ménages canadiens milite en faveur du statu quo. Il est donc fort probable que la BoC maintienne cette position au cours de cette nouvelle réunion, ce qui devrait au final avoir assez peu d’impact sur le cours du dollar canadien.

Décision de politique monétaire de la BoJ, le 7 mars à 1h du matin

Ce sera officiellement la dernière réunion de politique monétaire pour le gouverneur Shirakawa et, par conséquent, il est fort peu probable qu’un changement de politique monétaire soit annoncé à ce moment-là. Le gouverneur partant devrait plutôt laisser le champ libre à son remplacement. De fait, les taux devraient être maintenus entre 0% et 0.10%.

Il est cependant probable que ce soit le calme avant la tempête car l’arrivée du gouverneur Kuroda pourrait entraîner des ventes massives de yens dans les prochaines semaines, avec notamment de nouvelles mesures d’assouplissement prévisibles en avril.

Décision de politique monétaire de la BoE, le 7 mars à 13h

La réunion de février a entraîné peu de mouvements sur les paires en GBP mais le compte-rendu de cette même réunion s’est révélé plutôt intéressant. En effet, un des membres du Comité de politique monétaire a changé de position et voté en faveur d’une augmentation de 25 milliards de livres du programme de rachats d’actifs. Et devinez qui était en faveur de cette augmentation…le gouverneur lui-même, Mervyn King! On peut donc s’attendre à ce que cette réunion ne soit pas dénuée d’intérêt, même si pour l’instant le marché s’attend à un statu quo qui pourrait cependant ne pas tenir jusqu’à la fin du mandat de King cet été.

Décision de politique monétaire de la BCE, le 7 mars à 13h45

La BCE clôturera la semaine qui s’annonce, du moins au niveau de la politique monétaire. Bien que le taux d’intérêt dans la zone euro reste intact, le gouverneur Mario Draghi a laissé la porte ouverte à de nouveaux assouplissements. Il a confirmé que l’institut d’émission regarde de près l’évolution économique afin de renouer avec la croissance.

La semaine dernière, lors d’une intervention à Munich, il a confirmé ses propos en déclarant qu’il n’est pas nécessaire pour le moment d’augmenter les taux. Il est donc probable que cette réunion permette au Conseil des gouverneurs de discuter de l’évolution de la conjoncture et des moyens éventuels à mettre en oeuvre pour soutenir le retour à la croissance. Il ne devrait pas y avoir d’action concrète pour le moment cependant. Lors de la conférence de presse de Mario Draghi, il faudra rester attentif à tous ses propos, et notamment à son point de vue concernant l’augmentation du risque politique dans la zone euro, avec le résultat décevant des élections générales en Italie.

 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *