Press "Enter" to skip to content

Les nouvelles des marchés du 31 mai

La France, le Ministre du Budget, Baroin, a admis hier que garder sa bonne notation actuelle de crédit la forcerait à prendre des mesures budgétaires difficiles. Cette annonce vient à la suite de l’annonce allemande du Ministre des finances, Wolfgang Schauble, selon laquelle Berlin serait probablement obligée de lever les impôts pour faire face à son déficit budgétaire, en particulier la TVA, en plus de coupes dans les budgets.

Le Président de la Fed, Ben Bernanke, a dit ce matin que le sort de l’économie mondiale dépendait plus que jamais des marchés émergeant et de leur capacité à maintenir une forte croissance domestique et une stabilité économique et financière.

La croissance de la production industrielle japonaise a monté moins que prévu en avril, suggérant que la croissance des exportations pourrait être en baisse.

En Angleterre, la reprise économique est en route, mais le pays doit faire face à des menaces en provenance de la zone euro, qui est son principale partenaire commercial, sans parler des problèmes sur les marchés financiers, selon la Chambre de Commerce britannique. 

En Inde, l’économie a connu une croissance de 8.6% en rythme annualisé au premier trimestre 2010, tirée par un secteur manufacturier en plein essor ainsi que par les dépenses des consommateurs et du gouvernement, ce qui laisse tout de même un certain doute sur la possibilité de maintenir un tel rythme.

En Chine, le Premier Ministre Wen Jibao a mis en garde ce matin en disant que la croissance économique mondiale restait vulnérable au risque de la dette souveraine et à la possibilité d’une seconde récession, bien que la Chine elle-même restait dynamique avec une croissance forte et saine.

Les marchés asiatiques ont réussi à résister à la baisse de vendredi de Wall Street et se sont dans l’ensemble bien tenu.

Sur le marché des changes, l’euro continue à se maintenir au-dessus de 1.23, ce qui est très important pour sa capacité à éviter un nouveau tour de baisse. De toute façon, avec les bourses de New York et de Londres fermées pour la journée, on s’attend à une journée de trading limitée, avec de faibles volumes d’échanges, en attente avant une grande semaine de nouvelles économiques importantes.

En regardant l’image technique de la paire EUR/USD, le support le plus significatif est situé dans la zone entre 1.2132 et 1.2143 (le niveau le plus bas du cycle, qui est un retracement de 50%), avec à la hausse, une résistance de 1.2673, qui doit être brisée avant de pouvoir redevenir positif sur la monnaie unique européenne.

Sur la paire USD/JPY, on est passé d’une fermeture vendredi à 91.06 à un niveau actuel aux alentours de 91.51. La production industrielle japonaise ayant déçu, comme on l’a dit précédemment, et qu’en plus les actions se portent mieux et qu’il y a de l’instabilité politique, suite au départ du Parti Social-démocrate, il semble que les investisseurs aient réagi négativement, même s’il n’est pas très évident de déterminer quel facteur à le plus influencer sur le cours des événements, ce qui n’est pas très important, en fin de compte.  

Le dollar ayant en ce moment le vent en poupe, on doit envisage une continuation de sa hausse, si il parvenait à briser à la hausse la résistance de 91.60.

Sur la paire EUR/GBP, on n’a pas assisté à d’importants changements récemment, et la paire continue à se traiter aux alentours de 0.8490. La paire essaie de s’éloigner de son niveau récent le plus bas, avec le niveau de 0.84 étant le support clé à ne pas casse à la baisse. Les commentaires de Starck, de la BCE, selon lesquels celle-ci pourrait sortir de sa politique monétaire conciliante dès le mois de juillet, sous conditions de la poursuite de la reprise économique et de la politique monétaire générale, soutiennent à ce stade l’euro.

Précisons tout de même que la BCE, au contraire de la Fed, est traditionnellement une institution monétaire responsable, et elle désire retourner le plus vite possible à un comportement monétaire normal et elle à très peur de voir le système financier être « drogué » par le stimulus monétaire et par la liquidité artificielle de la banque centrale. A court terme, cela reste tout de même très optimiste de la part de Monsieur Starck, vu les circonstances, mais sait-on jamais.

Faites attention à vos stops !

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *