Press "Enter" to skip to content

Les nouvelles économiques 28 janvier en bref

La banque centrale d’Islande baisse ses taux d’intérêt de 0.5%, de 10.0% à 9.5%. La banque centrale de Nouvelle-Zélande laisse ses taux d’intérêt inchangés à 2.50% et celle du Brésil fait de même, en laissant ses taux d’intérêt inchangés à 8.75%. La Fed a quant à elle laissé ses taux d’intérêt inchangés à 0,25%.

Le Royaume-Uni, avec une inflation publiée en décembre à 2.9% et de sombres perspectives pour les premiers mois 2010, pourrait avoir de grandes difficultés à tenir son objectif d’inflation fixé à 2%. Tels sont les propos d’Andrew Sentance, membre du comité de politique monétaire de la Banque d’Angleterre.
 
Jean-Claude Juncker, président de l’Eurogroupe, a déclaré hier que la Grèce ne ferait pas faillite et ne quitterait pas non plus la zone euro. Des efforts très importants doivent toutefois être entrepris par ce pays en vue de consolider ses finances publiques.

Selon les premières estimations, les prix à la consommation en Allemagne ont accusé une hausse de 0.8% en un an en janvier. La progression des prix de détail serait ainsi moins forte qu’attendue par les analystes, qui estimaient une hausse de 1%. Les chiffres définitifs seront publiés le 9 février.

Aux Etats-Unis, les réserves de pétrole brut ont diminué de 3.9 millions de barils la semaine dernière à 326.7 millions, alors que les analystes tablaient sur une hausse de 900’000 barils.

Sur le marché de l’immobilier américain, la vente de logements neufs a enregistré, pour le second mois consécutif, une baisse inattendue de 7.6% en décembre. Les analystes, bien plus optimistes, tablaient sur une hausse de 370’000 logements. Ces chiffres démontrent que l’inévitable essoufflement des mesures prises par Washington pour soutenir le secteur immobilier est en train de se produire.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *