Press "Enter" to skip to content

Les nouvelles économiques du 10 septembre 2010

Dans un entretien accordé à la chaîne de télévision Bloomberg, le secrétaire au Trésor Tim Geithner a une nouvelle fois affirmé que la récente appréciation du yuan est jugée insuffisante par l’administration américaine. Le secrétaire au Trésor a appelé Pékin à agir plus rapidement. Selon certains parlementaires américains, le yuan pourrait être sous-évalué de près de 40% face au billet vert. Il est peu probable cependant que les chinois s’engagent dans une nouvelle réévaluation de leur devise de sitôt.

A la surprise générale, alors que le won sud-coréen est en pleine forme sur le marché des changes depuis plusieurs séances, la banque centrale sud-coréenne a décidé de laisser son principal taux directeur inchangé à 2.25% alors que le consensus des économistes tablait sur une hausse d’un quart de point en raison du relèvement des perspectives de croissance pour le pays. Cependant, à l’instar de la RBA il y a quelques jours, la banque centrale sud-coréenne a certainement préféré le statu quo en raison des doutes pesant sur la croissance économique mondiale.

Le futur gouverneur de la BCE, Axel Weber, a également souhaité aboutir ce week-end à un accord sur Bâle III alors que la nouvelle réglementation du secteur bancaire a créé d’importants remous outre-Rhin il y a quelques jours. En effet, l’association bancaire allemande a affirmé que les banques du pays vont devoir subir une importante recapitalisation afin de se conformer aux règles de Bâle III, déclaration qui a immédiatement jeté un doute sur le résultat des tests de résistance menés en juillet dernier.

Pour finir, alors que la tension est encore palpable sur le marché obligataire européen, Dublin a finalement trouvé une solution de compromis pour la banque Anglo Irish. Finalement, le pays s’oriente vers une scission de la banque en deux structures, l’une récupérant les dépôts de la banque mais n’exerçant aucune activité de crédit et l’autre récupérant les créances douteuses et qui sera destinée à être démantelée. Cette initiative devrait moins peser sur la dette du pays qu’un démantèlement pur et simple de l’établissement bancaire.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *