Les nouvelles économiques du 27 mai en bref

Hier, le calme est retourné sur les marchés internationaux, ce qui a aussi allégé la pression sur l’Euro, bien qu’on puisse difficilement appeler ça un rebond, surtout en comparaison du rebond et du short-squeeze sure les marchés actions européens.

La paire EUR/USD est restée depuis hier autour du niveau de 1.23 pendant la majorité de la session européenne, et ce matin, il n’y a pas non plus de changements significatifs, avec un euro qui se traite en ce moment aux environ de 1.227. Il semble cependant que la paire ne devrait pas aller tout de suite retester son niveau récent le plus bas, à 1.2143.

euro-dollar1.jpg

Hier, le calme est retourné sur les marchés internationaux, ce qui a aussi allégé la pression sur l’Euro, bien qu’on puisse difficilement appeler ça un rebond, surtout en comparaison du rebond et du short-squeeze sure les marchés actions européens.

La paire EUR/USD est restée depuis hier autour du niveau de 1.23 pendant la majorité de la session européenne, et ce matin, il n’y a pas non plus de changements significatifs, avec un euro qui se traite en ce moment aux environ de 1.227. Il semble cependant que la paire ne devrait pas aller tout de suite retester son niveau récent le plus bas, à 1.2143.

L’euro a tout de même déçu quelque peu au vu de la performance des actions, ce qui tend à montrer que les investisseurs continuent à sous-pondérer la monnaie unique, ce qui n’est pas un bon signe pour elle.

Précisons que ces derniers jours n’ont pas vu de nouvelles significatives, ce qui explique aussi le comportement de l’euro. On continue pour l’instant la discussion sur les thèmes dont on parle maintenant depuis des semaines et des mois, et cette discussion est pour l’essentiel déjà incluse dans les prix, ce qui fait que le marché est en attente de nouvelles informations.

La Chancelière allemande Angela Merkel a fait des commentaires en faveur d’un euro fort, ce qui a bien entendu favorisé la monnaie unique, mais d’un autre côté, une émission obligataire allemande à  maturité de cinq ans ne s’est pas très bien passée et à causé un peu de nervosité parmi les traders.

Bref, tout cela reste plutôt anecdotique et ce matin non plus, on n’a pas enregistré d’événements particuliers, à l’exception bien entendu du démenti chinois à la nouvelle du Financial Times de hier selon laquelle la Chine allait se séparer de ses euros. Ce démenti a suffi aux marchés actions pour enregistrer un très fort rebond de plus de 2% en général.

L’euro de son côté n’a rebondi que très modestement sur cette nouvelle. Il faut toutefois dire que la Chine a bien entendu raison de regarder avec attention son portefeuille et de chercher à diversifier les risques. Le problème est et reste que ses options sont limitées. Doit-elle augmenter ses positions en USD ? Tout cela sans compter  que cette baisse de l’euro représente un problème pour les exportateurs chinois, bien que pour l’instant, la baisse soit encore suffisamment contenue pour être digérable, de leur part.

L’un dans l’autre, la Chine, comme d’autres investisseurs internationaux, est prudente et se méfie de ses avoirs en euros, même si à ce stade, on ne décèle pas de panique. Il semble donc qu’à court terme, le sentiment du risque sera le facteur essentiel qui déterminera la direction de la paire EUR/USD, même si volatilité a considérablement baissé ces derniers jours, ce qui semble impliquer que le marché des change a déjà inclus dans le prix les facteurs actuels existants, comme nous l’avons dit. Il faudra tout de même continuer à suivra attentivement les développements en Europe sur le front grec pour savoir quelle sera la direction de l’Euro. 

En resserrant le niveau de l’analyse, on se rend compte que du point de vue technique, la tendance baissière de l’euro reste dominante, et largement. La paire EUR/USD est tombée jusqu’à un low de 1.2143 la semaine dernière, avant de finalement succomber à un short-squeeze jusqu’au niveau de 1.2673 vendredi dernier, avant de reprendre la baisse jusqu’au niveau actuel, au vu de fondamentaux négatifs. Il est clair que fondamentalement, les pays du Sud de l’Europe ont besoin d’une devise plus faible pour retrouver une part de leur compétitivité perdue et la crédibilité des politiques monétaires et budgétaires des pays européens est clairement en cause, comme nous avons eu l’occasion de le dire plusieurs fois au cours de ces derniers mois.

On peut donc considérer qu’une poursuite de la dévaluation de l’euro est probable et le niveau de 1.1640, le niveau le plus bas de 2005, est notre prochain objectif technique majeur. A très court terme, en revanche, il est possible qu’on continue sur une nouvelle séquence du short-squeeze et un retour dans la région des 1.2530 serait une très bonne opportunité de reprendre des positions short. 

Le risque semble s’être quelque peu calmé, mais la vigilance doit toujours nous accompagner, alors comme toujours, faites attention à vos stops !

user

user

Commentaires

Inscrivez vous a la lettre quotidienne

Recevez quotidiennement les infos du marche.

Fonction du site

  • L'actualite du forex
  • Devises Majeures
  • Analyse Technique
  • Crypto-monnaies
  • Brokers recommandes

Get Started

  • Tutorials
  • Resources
  • Guides
  • Examples
  • Docs

Forex.fr

  • Notre Histoire
  • L''equipe
  • Termes d'utilisation
  • Votre vie privee

Librairie