Press "Enter" to skip to content

Les nouvelles économiques du marché des changes du 7 décembre 2012

Comme prévu, la BCE n’a pas modifié ses taux. Le taux de refinancement demeure à 0.75%, le taux de facilité de dépôt nul et le taux de prêt marginal à 1%.

Francfort a également revu ses prévisions de croissance. Sans surprise, à la baisse. Désormais, c’est une contraction de 0.3% de l’activité qui est prévue en 2013 contre une estimation en septembre de +0.5%. La croissance ne devrait redémarrer qu’en 2014 avec une première estimation de 1.2% qui risque aussi d’être revue à la baisse dans le futur. En parallèle, l’inflation devrait chuter avec une hausse des prix de 1.6% en 2013 et de 1.4% en 2014.

A l’instar de la BCE, la BoE n’a pas modifié son taux directeur qui reste à 0.5%, tout cela dans un contexte assez difficile pour le Royaume-Uni alors que selon l’Office for Budget Responsibility, la croissance ne devrait pas dépasser 1.2% en 2013 loin du niveau de 2% évoqué précédemment.


Sur le plan macroéconomique, la zone euro a enregistré une contraction de son activité de 0.1% au T3, comme prévu par le consensus. De fait, l’entrée en récession de la zone est confirmée; Dans le détail, certains pays s’en sortent mieux que d’autres. L’Allemagne (0.2%), la France (0.2%) et la Belgique (PIB stable) restent en territoire positif alors que d’autres pays sombrent comme le Portugal (-0.8%), l’Espagne (-0.3%) et l’Italie (-0.2%).


Enfin, seule réelle bonne nouvelle de la journée d’hier, les nouvelles inscriptions au chômage outre-Atlantique ont reculé fortement à 370 000 pour la semaine au 1er décembre. C’est la troisième semaine de suite de baisse après la poussée engendrée par l’ouragan Sandy.

 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *