Les quatre scénarios possibles pour la BCE aujourd’hui

Pour la première fois en l'espace de dix mois, la BCE devrait annoncer une baisse de son principal taux directeur, de 0.75% à 0.50%. Cette décision derait intervenir alors que plusieurs voix se sont élevées récemment pour critiquer l'austérité aveugle, y compris au sein de la Commission Européenne. Le chef de la BCE, Mario Draghi, avait par ailleurs confié que, lors de la réunion du 4 avril dernier, une longue discussion avait eu lieu sur l'opportunité d'un assouplissement monétaire.

Les marchés actions ont déjà intégré cette éventuelle annonce, ce qui explique que depuis quelques séances, notamment en Europe, on constate de confortables hausses. Les investisseurs considèrent que la BCE ne peut pas faire autrement que de baisser son taux directeur.

En fait, certains envisagent même que l'institution d'émission intervienne sur le taux de dépôt, c'est à dire le taux qui s'applique aux banques déposant leur capitaux auprès de la banque centrale, en le faisant passer de 0% à un taux négatif. Cela aurait pour effet de pénaliser les banques qui gardent leurs capitaux en sécurité auprès de la BCE et les forcerait donc à prêter aux ménages et aux entreprises.

billets en_euro_forex.fr

Pour la première fois en l’espace de dix mois, la BCE devrait annoncer une baisse de son principal taux directeur, de 0.75% à 0.50%. Cette décision derait intervenir alors que plusieurs voix se sont élevées récemment pour critiquer l’austérité aveugle, y compris au sein de la Commission Européenne. Le chef de la BCE, Mario Draghi, avait par ailleurs confié que, lors de la réunion du 4 avril dernier, une longue discussion avait eu lieu sur l’opportunité d’un assouplissement monétaire.

Les marchés actions ont déjà intégré cette éventuelle annonce, ce qui explique que depuis quelques séances, notamment en Europe, on constate de confortables hausses. Les investisseurs considèrent que la BCE ne peut pas faire autrement que de baisser son taux directeur.

En fait, certains envisagent même que l’institution d’émission intervienne sur le taux de dépôt, c’est à dire le taux qui s’applique aux banques déposant leur capitaux auprès de la banque centrale, en le faisant passer de 0% à un taux négatif. Cela aurait pour effet de pénaliser les banques qui gardent leurs capitaux en sécurité auprès de la BCE et les forcerait donc à prêter aux ménages et aux entreprises.

La nécessité d’une baisse des taux ne surprend personne. Les récents indicateurs PMI dans des pays essentiels de la zone euro, comme en Espagne, en France ou en Italie, continuent de décevoir les marchés. Même l’Allemagne, l’économie la plus forte de l’euroland, fait face à un ralentissement. Et que dire du taux de chômage espagnol qui vient d’atteindre un record historique?

En baissant les taux, cela aurait normalement pour effet d’affaiblir l’euro, selon la théorie monétariste, et de donner un coup de fouet aux exportations au niveau du commerce international, ce qui serait positif pour la zone euro. Bien que les officiels en Allemagne et au sein de la BCE se soient toujours contentés d’affirmer que le taux de change de l’euro est à un niveau normal, nul ne peut nier qu’un euro plus faible pourrait rendre l’Europe en crise plus compétitive face à des économies comme le Japon et les Etats-Unis qui recourent abondamment aux mesures non conventionnelles ayant pour effet de baisser leur monnaie respective, le yen et le dollar.

La réunion de la BCE et la conférence de presse de Mario Draghi quarante cinq minutes plus tard seront essentielles et le marché l’a bien compris.

On peut envisager quatre scénarios cet après-midi:

1. La BCE choisit une approche très agressive et baisse à la fois le taux directeur et le taux de dépôt ce qui aurait normalement pour conséquence une chute sans précédent de l’euro face à ses contreparties.

2. La BCE baisse le taux directeur et annonce de nouvelles mesures d’assouplissement, ce qui entraînera des ventes d’euros sur le marché et pourrait mettre la devise sous pression baissière pendant un certains temps, tout dépendant évidemment des nouvelles mesures qui seront annoncées mais un tel dispositif semble assez peu probable à en juger par les rumeurs du jour sur les salles de marché.

3. La BCE baisse le taux directeur sans prendre d’autres actions. De fait, l’euro baissera mais modérément car le marché a déjà intégré en partie dans les cours l’hypothèse de cette baisse des taux.

4. La BCE ne fait rien, ce qui constituerait une vraie surprise pour les cambistes et pourrait se traduire par un rapide rallye haussier de l’euro mais qui a de grandes chances de s’arrêter abruptement lorsque le marché réalisera que la situation économique est toujours aussi inquiétante. Il faudra également prendre en considération les propos du communiqué de presse de la BCE.

Dans tous les cas, l’annonce des taux va provoquer une grande volatilité dans les minutes et les heures même la suivant. Il faudra donc bien penser à placer ses stop loss. Il n’est pas rare que sous l’effet de l’annonce, le marché évolue brusquement dans un sens avant de se retourner tout aussi brusquement. C’est même très courant.

 

user

user

Commentaires

Inscrivez vous a la lettre quotidienne

Recevez quotidiennement les infos du marche.

Fonction du site

  • L'actualite du forex
  • Devises Majeures
  • Analyse Technique
  • Crypto-monnaies
  • Brokers recommandes

Get Started

  • Tutorials
  • Resources
  • Guides
  • Examples
  • Docs

Forex.fr

  • Notre Histoire
  • L''equipe
  • Termes d'utilisation
  • Votre vie privee

Librairie