Press "Enter" to skip to content

Les ventes de détail pénalisent l’euro

Il y a à peine quarante huit heures, la monnaie unique européenne s’envolait au-dessus de 1,42 dollar sur le marché des changes à la faveur de la publication d’indicateurs meilleurs que prévu outre atlantique et en Chine.

Cependant, depuis, le vent a tourné et même si les investisseurs du marché des changes ont beaucoup profité cette semaine des fluctuations des devises, il semblerait que la fin de semaine profite aux valeurs refuge, notamment le dollar et le yen.

En effet, la monnaie unique européenne, considérée comme un actif à risque, continue de s’affaiblir sur le forex. Hier déjà, ce fut à cause de la publication des chiffres de l’emploi outre atlantique que la monnaie unique a cédé du terrain. En effet, le taux de chômage s’inscrit aux Etats-Unis à 9,5%, l’économie américaine ayant détruit 467 000 emplois durant le seul mois de juin. Cette mauvaise nouvelle a paradoxalement profité à la devise américaine. La décision de la Banque Centrale Européenne de laisser son principal taux directeur inchangé n’a pas non plus aidé l’euro, alors que l’OCDE presse Francfort de baisser davantage ses taux. Les propos de Jean Claude Trichet, qui a relativisé les risques d’une déflation dans la zone euro, n’ont rien changé au moral des investisseurs. Ce moral fut une nouvelle fois plombé aujourd’hui avec la publication des chiffres des ventes de détail pour la zone euro qui ont baissé de 0,4% au mois de mai après s’être légèrement redressés au mois d’avril.

La fin de séance d’aujourd’hui devrait, de toute évidence, être plutôt calme, le marché américain étant fermé pour le week-end prolongé de la fête nationale. Par conséquent, les échanges sont peu nombreux et les investisseurs devraient surtout retirer leurs gains et investir sur les valeurs refuge en attendant la semaine prochaine.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *