L’EURUSD ne nous réserve pas grand chose cette semaine

L'eurodollar a fini la semaine dernière autour de 1.2950, tournant toujours autour de 1.30 mais sans parvenir à s'ancrer au-dessus de ce niveau dans la durée. L'euro n'a pas répercuté négativement la récente dégradation de la note souveraine de l'Espagne mais, en revanche, le dollar a pâti de l'annonce d'un retour à ses niveaux d'avant-crise de l'indice de confiance de l'Université du Michigan car une telle annonce est de nature à rassurer les cambistes sur les perspectives économiques américaines. Le dollar, vu comme une valeur refuge en cette période de crise, répercute donc directement à la baisse une amélioration conjoncturelle.

En pratique, cette semaine, le niveau de 1.30 va encore rester la cible préférée des investisseurs…On peut même anticiper que cela sera un état de fait jusqu'à la fin de l'année.

La tendance haussière qui est annoncée par tous n'est pas remise en question mais en l'absence de développement économique majeur aux Etats-Unis ou en Zone Euro, on voit mal comment la monnaie unique européenne pourrait sortir de l'étroite bande de fluctuation dans laquelle elle a évolué dernièrement.

Cette semaine risque donc d'être plutôt périlleuse pour les cambistes qui vont devoir chercher à grignoter quelques pips en l'absence de mouvements de grande ampleur. Le calendrier économique ne réserve pas de grandes surprises: on attend aujourd'hui à 14h30 les ventes au détail aux Etats-Unis et l'Empire Manufacturing. Il ne devrait rien y avoir de nouveau par rapport au Beige Book publié la semaine dernière. Puis, les indicateurs s'enchaîneront avec notamment le ZEW ou encore les ventes au détail au Royaume-Uni, sans grand intérêt au final. En effet, qui pourrait croire dans l'état actuel des choses que la Zone Euro va éviter la récession?

dollar amricain_forex_1

L’eurodollar a fini la semaine dernière autour de 1.2950, tournant toujours autour de 1.30 mais sans parvenir à s’ancrer au-dessus de ce niveau dans la durée. L’euro n’a pas répercuté négativement la récente dégradation de la note souveraine de l’Espagne mais, en revanche, le dollar a pâti de l’annonce d’un retour à ses niveaux d’avant-crise de l’indice de confiance de l’Université du Michigan car une telle annonce est de nature à rassurer les cambistes sur les perspectives économiques américaines. Le dollar, vu comme une valeur refuge en cette période de crise, répercute donc directement à la baisse une amélioration conjoncturelle.

En pratique, cette semaine, le niveau de 1.30 va encore rester la cible préférée des investisseurs…On peut même anticiper que cela sera un état de fait jusqu’à la fin de l’année.

La tendance haussière qui est annoncée par tous n’est pas remise en question mais en l’absence de développement économique majeur aux Etats-Unis ou en Zone Euro, on voit mal comment la monnaie unique européenne pourrait sortir de l’étroite bande de fluctuation dans laquelle elle a évolué dernièrement.

Cette semaine risque donc d’être plutôt périlleuse pour les cambistes qui vont devoir chercher à grignoter quelques pips en l’absence de mouvements de grande ampleur. Le calendrier économique ne réserve pas de grandes surprises: on attend aujourd’hui à 14h30 les ventes au détail aux Etats-Unis et l’Empire Manufacturing. Il ne devrait rien y avoir de nouveau par rapport au Beige Book publié la semaine dernière. Puis, les indicateurs s’enchaîneront avec notamment le ZEW ou encore les ventes au détail au Royaume-Uni, sans grand intérêt au final. En effet, qui pourrait croire dans l’état actuel des choses que la Zone Euro va éviter la récession?

Le mouvement que le marché attend, c’est la demande d’aide officielle de l’Espagne. Rien ne risque d’intervenir avant le Sommet européen de jeudi et vendredi qui va non seulement aborder le problème espagnol mais aussi la question grecque.

Au final, ce que veulent les marchés, c’est que Madrid sollicite le plus vite possible l’aide de l’UE et du FMI afin de permettre au fonds de secours européen et à la BCE de racheter de la dette publique espagnole, sous certaines conditions.

Le Sommet qui s’ouvre jeudi à 16h15 à Bruxelles pourrait idéalement officialiser la demande espagnole mais, jusqu’à présent, le Premier ministre M. Rajoy s’est refusé obstinément à précipiter les choses et il est peu probable que la dégradation de S&P il y a quatre jours ait changé fondamentalement le calendrier gouvernemental.

La léthargie de l’euro dans cette bande que nous évoquions plus haut souligne aussi que les attentes des cambistes par rapport à la rencontre de la fin de la semaine sont faibles. Evidemment, des informations vont probablement fuiter dans la presse d’ici là…Il faudra s’y préparer. D’où l’importance des stop loss.

Mais, concrètement, rien ne semble bouger, et donc l’euro ne devrait pas évoluer davantage. Les traders forex les plus offensifs pourront toujours prendre quelques risques et par exemple acheter la paire eurodollar en contre à 1.2936 ou même 1.28 en attendant un retour vers 1.30. Les autres devront se contenter de tenir les positions en espérant que les politiques européens se décident à (ré)agir!

 

user

user

Commentaires

Inscrivez vous a la lettre quotidienne

Recevez quotidiennement les infos du marche.

Fonction du site

  • L'actualite du forex
  • Devises Majeures
  • Analyse Technique
  • Crypto-monnaies
  • Brokers recommandes

Get Started

  • Tutorials
  • Resources
  • Guides
  • Examples
  • Docs

Forex.fr

  • Notre Histoire
  • L''equipe
  • Termes d'utilisation
  • Votre vie privee

Librairie