Press "Enter" to skip to content

Newsletter du marché des changes

Semaine plutôt courte en raison du vendredi pascal mais mouvementée néanmoins pour les devises du marché des changes. Le dollar a connu une forte appréciation depuis lundi face au yen, gagnant plus de 1,3% en l’espace de seulement quelques séances. Ainsi, la paire est revenue à son niveau d’il y a sept mois, sans que la BoJ n’ait eu besoin d’intervenir. Deux facteurs principaux expliquent en cette fin de mois la faiblesse du yen, qui se répercute aussi face à l’euro. Il s’agit d’abord des bons résultats économiques américains qui fragilisent la devise nippone, considérée comme valeur refuge par les opérateurs, et de mouvements de rapatriements des fonds des entreprises japonaises en ce début d’année fiscale.

Le dollar n’a pas réussi, en dépit du bon résultat de l’indice ISM, à pérenniser sa hausse sur le marché des changes puisque le billet vert a enregistré une baisse sur la semaine face à toutes les devises majeures, exception notable du yen. Les investisseurs ont préféré se reporter vers les devises européennes mais surtout vers les devises liées aux matières premières ou des pays émergents. Ainsi, le real brésilien a continué sa phase de hausse sur le marché, à la fois face au dollar et à l’euro, profitant notamment de l’annonce d’un vaste programme d’investissements par le gouvernement.

Comme la rédaction de forex.fr l’annonçait en début de semaine, le dollar canadien a poursuivi son renforcement sur le marché des changes, se rapprochant de plus en plus de la parité avec le billet vert. Le renforcement très substantiel de la devise canadienne provient de deux phénomènes conjugués : la vitalité de l’économie du pays et l’inflation du baril de pétrole. Sur le moyen terme, l’objectif de la parité reste toujours en ligne de mire.

L’euro et la livre sterling ont aussi gagné un peu de terrain cette semaine face au billet vert, le cas de la Grèce étant désormais moins prégnant dans l’esprit des cambistes. La baisse du chômage outre-Rhin ainsi que les bons résultats du PIB et de l’activité manufacturière outre-Manche ont nettement profité aux devises européennes à tel point que la devise de Sa Majesté est repassée au-dessus de la barre des 1,50 dollar.

Toutefois, la monnaie unique européenne n’a pas réussi à se tenir face au franc suisse puisque la devise helvétique a connu un plus haut historique en milieu de semaine. Quelques heures après ce plus haut, le franc suisse a dégringolé, nombreux étant les analystes qui y ont vu la main de la Banque Nationale Suisse. Depuis plusieurs semaines, les investisseurs mettaient à vif les nerfs de la banque centrale. Au lendemain de cette opération qui ne fut pas confirmée par les autorités monétaires helvétiques, le franc suisse s’affichait parfaitement stable face à l’euro et au dollar.

Enfin, notre conseil pour la semaine à venir est de surveiller de près l’évolution des devises liées aux matières premières et notamment le dollar australien. La devise australienne a effectué une bonne semaine sur le marché des changes et plusieurs facteurs indiquent qu’elle devrait continuer son rally haussier dès l’ouverture des marchés lundi. En effet, les analystes s’attendent à ce que la banque centrale australienne décide d’augmenter son taux directeur de 0,25 point la semaine prochaine, ce qui devrait contribuer à des prises de position en carry trade, notamment face au yen.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *