Press "Enter" to skip to content

Optimisme des marchés financiers

Le marché des changes ouvre en bonne forme après les émissions obligataires réussies de l’Espagne et de l’Irlande hier et la publication de bons indicateurs macroéconomiques outre-Atlantique.

En effet, alors que le souvenir de la dégradation de la note de la dette souveraine de la Grèce est encore frais, l’Espagne et l’Irlande, deux pays qui ont l’attention des marchés, ont réussi hier leur émission obligataire. Depuis le début de semaine, Madrid était confronté à de fausses rumeurs affirmant que le gouvernement Zapatero avait fait appel à l’aide international afin de surmonter la crise. Cependant, cette fausse rumeur n’a apparemment pas influencé les investisseurs.

En fait, de nombreux analystes du marché des changes soulignent que les bons chiffres de la production industrielle dans la zone euro ont relancé l’optimisme sur la croissance économique dans la région. Toutefois, comme en témoigne l’indice ZEW , cet optimisme reste fragile.

De plus, la hausse pour le onzième mois consécutif de l’indice Empire State de l’activité manufacturière de la région de New-York a renforcé ce mouvement.

Evidemment, l’optimisme s’est largement répercuté sur le taux de change de l’euro puisque la monnaie unique européenne évoluait à l’ouverture des échanges européens au-dessus de 1,23 dollar tandis qu’elle se maintenait depuis hier au-dessus de 112 yens.

Le peso chilien continuait également de se renforcer face au dollar hier, porté par l’optimisme ambiant et surtout, comme nous l’annoncions hier , la hausse des taux décidée par la banque centrale. Contrairement aux attentes des économistes qui tablaient sur une hausse de 25 points de base, la banque centrale a décidé de relever son taux de 50 points de base, le portant ainsi à 1%. Le Chili emboîte ainsi le pas des autres économies de la région, notamment le Pérou et le Brésil, qui ont déjà commencer à relever leurs taux d’intérêt.

L’Inde pourrait également de nouveau décider de relever ses taux d’intérêt alors que l’inflation atteint un record, passant au-dessus de 10% pour le mois de mai selon les données officielles publiées lundi. Afin de freiner l’envolée des prix des denrées alimentaires, la banque centrale pourrait décider de relever ses taux de 25 points de base d’ici à la prochaine réunion de son comité de politique monétaire qui est prévue le 27 juillet. Déjà en mars et en avril, la banque centrale avait augmenter ses taux de 25 points de base.

Par ailleurs, le tout nouveau gouverneur de la NBP, Marek Belka ,  a affirmé s’attendre à une nouvelle appréciation du zloty polonais dans une interview publiée hier au quotidien Rzeczpospolita. Depuis une vingtaine d’année, la tendance de fond est à l’appréciation du zloty polonais mais, depuis ces deux dernières années, la solidité de l’économie polonaise incite logiquement les investisseurs à se porter sur la devise nationale. Hier, le zloty s’échangeait à 4,07 pour un euro et à 3,32 pour un dollar.

Enfin, du côté de l’Afrique, la devise du Mozambique poursuit son affaiblissement face au rand sud-africain, qui est la monnaie de référence pour le continent. Selon les responsables de la banque centrale, cet affaiblissement de la devise locale a pour effet d’accroître les pressions inflationnistes, l’IPC Maputo ayant augmenté de 1,97%  en mai.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *