Press "Enter" to skip to content

Politique monétaire inchangée pour la BoE et la BoJ

Comme prévu, les banques d’Angleterre et du Japon ont décidé de maintenir leur politique monétaire inchangée. Elles ont également indiqué que cette décision avait été adoptée à l’unanimité mais il semble cependant que l’une d’entre elle soit plus belliciste que l’autre, nous verrons dans cet article laquelle.

Banque du Japon
En fin de séance asiatique, le gouverneur de la BoJ et ses hommes ont annoncé qu’ils ne chercheraient pas à développer le programme d’assouplissement quantitatif en cours pour le moment. Ce fût une surprise pour certain, comme les ours de yen qui n’ont pas manqué d’y voir un possible maintien de faibles taux d’intérêt après que le gouvernement a récemment décidé de mettre en œuvre une hausse de la taxe sur les ventes. Beaucoup pensaient, en effet, que la banque centrale japonaise, d’habitude si agressive, aurait augmenté sa relance afin d’éviter la hausse de cette taxe.
Toutefois, les décideurs de la BoJ ont décidé de maintenir leur évaluation optimiste pour l’économie car elle continue de se redresser à un rythme modéré. Ils ont également annoncé que les exportations seraient maintenues et que l’Indice des Prix à la Consommation de base pourraient rester à 1,25% pour les prochains mois. Ils ont même mis à jour leurs estimations relatives aux dépenses en immobilisation, car ils prédisent que l’investissement des entreprises va continuer de se renforcer.


Banque d’Angleterre
Le dernier compte rendu de la réunion de politique monétaire de la BoE a révélé que ses membres s’accordaient sur le fait qu’il y avait encore un peu de mou dans l’économie anglaise avec des estimations de PIB situées entre 1% et 1,5% PIB. Ils ont également souligné qu’ils voulaient voir davantage de preuves d’amélioration avant d’envisager une quelconque hausse de ses taux intérêt.
Les membres les plus bellicistes ont précisé que la BoE pourrait adopter une approche progressive concernant ses taux. Dans ce cas, il conviendrait de commencer le plus tôt possible selon ces derniers. Les membres plus pacifistes, ont quant à eux répondu que des préoccupations trop anticipées pourrait entrainer une perte substantielle de la production. Ils ont ajouté que la politique de resserrement monétaire pourrait augmenter le risque d’une bulle des prix des logements, des taux hypothécaires plus bas apporteraient un coup de pouce soudain à la demande de prêt et faire ainsi augmenter les prix.

Les décisions des banques du Japon et d’Angleterre de ne pas relever tout de suite leur taux d’intérêt est sans aucun doute un mauvais coup pour les taureaux de yen et de livre qui attendent avec impatience cet assouplissement mais pas un si mauvais pour les ours.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *