Press "Enter" to skip to content

Que diable s’est-il passé sur l’EURCHF ces derniers jours?

Au cours des derniers jours, nous avons vu une grande activité sur les marchés financiers, en particulier sur l’EURCHF (euro/franc suisse). Après plus d’un an sous le niveau de 1.2200, la paire a enregistré depuis la fin de semaine dernière des gains importants, allant même jusqu’à atteindre un plus haut niveau depuis 13 mois.

Que diable s’est-il passé sur le cross pour expliquer ces brusques mouvements?

Apparemment, l’explication est principalement liée aux commentaires de plusieurs responsables de la banque centrale américaine.

Charles Evans, membre de la FOMC classé plutôt comme dovish par la communauté financière, a déclaré qu’il ne s’attend pas à ce que la banque centrale réduise ses achats de bons avant 2015. Le président de la FED de San Francisco, John Williams, a également déclaré qu’il croit que le programme d’assouplissement quantitatif mis en place par Washington va durer au moins jusqu’à la fin de l’année en cours. Cerise sur le gâteau, Ben Bernanke, qui préside le FOMC, a confirmé que la reprise de l’économie américaine n’est pas garantie en raison de l’incertitude politique liée au relèvement du plafond de la dette. Lors d’une intervention lundi devant des étudiants américains, il a clairement appelé le Congrès à éviter les fermetures d’administration.

Ainsi, contrairement au dernier compte-rendu du FOMC rendu public, il semble bien que le QE4 va durer au moins jusqu’à la fin de l’année et pourrait même aller au-delà.

Pendant ce temps, la zone euro, qui n’est certainement pas sortie d’affaire, continue cependant de fournir des raisons d’acheter la monnaie unique, ce qui a pour effet de soutenir l’EURCHF. Maintenant que plus personne ne parle d’éclatement de l’Union monétaire, on se rend compte que l’euro retrouve un peu les faveurs des cambistes. Il faut dire que la situation n’est pas aussi dramatique qu’on l’attendait: les pays de l’UE ont connu depuis déjà un certain moment des taux de rendement bas leur permettant de se financer sans difficulté sur le marché obligataire et la sortie de crise est programmée pour fin 2013 selon les dires de Mario Draghi. Un contraste frappant avec la situation américaine puisque la FED continue de laisser entendre que la sortie de crise n’est pas pour demain.

De fait, les traders commencent à revoir leur positionnement sur le marché des changes. Pendant longtemps, il était de bon ton de shorter l’euro mais il semble désormais que ce ne soit plus autant le cas. Le repositionnement des cambistes affecte donc également l’EURCHF qui semble désormais s’éloigner chaque jour un peu plus du taux plancher de la BNS à 1.20. Dorénavant, ce sont plus les forces du marché que la banque centrale suisse qui influencent sur le taux de change du cross.

Par conséquent, il est plus que temps de vous intéresser de nouveau à l’EURCHF. On pourrait renouer d’ici quelques mois avec ses plus hauts de fin 2011, à 1.24!
 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *