Press "Enter" to skip to content

Que retenir du rapport sur l’emploi américain de février

Les derniers chiffres de l’emploi américain sont arrivés ! Nous verrons dans cet article quels sont les éléments importants du rapport NFP et ce que cela signifie pour le cours du dollar sur le forex.

Des chiffres plus forts que prévu et un taux de chômage en baisse
A l’image de la série de chiffres positifs publiés depuis quelques semaines par les Etats-Unis, le rapport sur l’emploi a montré des gains d’embauche impressionnants qui ont largement dépassé les attentes. Ce sont 295 000 nouveaux emplois qui ont été créés sur la période, bien plus, donc, que les 240 000 envisagés. Avec cela, le taux de chômage est passé de 5,7% à 5,5%, son plus bas niveau depuis 2008.
Il s’agit de la douzième fois consécutive que les USA ajoutent plus de 200 000 emplois en un mois. En plus de cela, le rapport de février montre que les gains d’embauche ont été observés dans tous les secteurs de l’économie.

Une faible croissance des salaires qui reste préoccupante
Le point faible de la dernière version NFP repose sur l’absence de croissance des salaires. La rémunération horaire moyenne a, en effet, connu une maigre augmentation de 0,1% sur la période. Le chiffre est bien inférieur aux estimations situées à 0,2% et en retrait par rapport à la hausse de 0,5% du mois précédent.
Ces résultats, en deça des attentes, montrent qu’il existe encore beaucoup de mou dans le marché du travail américain. Cela devrait encore prendre du temps pour que la reprise de l’embauche ne se transforme en une hausse des dépenses de consommation. Avec une croissance des salaires qui stagne, les américains pourraient, en effet, conserver un salaire durement gagné plutôt que d’aller le dépenser.


Des taux qui pourraient être relevés en juin

A en juger par la réaction des traders à la publication du rapport NFP, il semblerait que ces derniers commencent à sérieusement envisager une hausse des taux de la fed en juin. Rappelons que la présidente Yellen évoquait, précédemment, un possible resserrement de politique monétaire lorsque l’économie atteindrait une situation de plein emploi.
Même si les décideurs étaient confiants concernant le fait que les améliorations constantes du marché du travail se traduisent par une hausse des salaires, ce n’est pas ce que révèle ce rapport. En plus du plein emploi, les responsables du FOMC attendent aussi que l’inflation atteigne sa fourchette cible située entre 1,7% et 2% avant d’entamer une manœuvre d’augmentation des taux.

Nous pouvons conclure à la vue de ces résultats que l’économie américaine se porte bien par rapport à ses pairs. La banque centrale des Etats-Unis est la seule aujourd’hui à pouvoir réellement penser à resserrer sa politique monétaire. Avec cela, le billet vert devrait se maintenir à ses niveaux actuels voire même conforter encore plus son statut de monnaie refuge.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *