Press "Enter" to skip to content

Quel est l’état du forex selon la Banque des règlements internationaux?

La Banque des règlements internationaux est en quelque sorte la banque des banques centrales. De fait, elle joue un rôle de surveillance important des politiques monétaires nationales et supervise, à son niveau, la coopération financière. Régulièrement, elle publie des statistiques sur l’état des marchés financiers, du commerce international ou encore du marché des changes. Le 7 mai dernier, justement, un rapport semestriel sur les dérivés OTC (Over-The-Counter) a été rendu public, faisant un état des lieux sur la période juin à décembre 2012.

Bien que ce rapport ne traite pas directement de l’industrie du forex à destination des particuliers, on peut tirer certaines conclusions qui peuvent s’appliquer à ce segment de marché, en ayant déjà connaissance des récents développements de l’industrie.

Les dérivés forex ont, selon le rapport, continué de faire l’objet d’une forte demande au cours de la période étudiée, bien qu’on a pu constater une légère baisse des volumes de trading qu’on peut expliquer à cause de deux facteurs essentiellement:

– le contexte économique et financier peu favorable avec une baisse de la confiance des consommateurs et surtout des interventions de banques centrales de plus en plus récurentes

– la mise en place de régulations plus strictes avec par exemple, dans le cas du Japon, l’imposition d’un levier qui ne doit pas dépasser 1:25 pour les entreprises spécialisées dans le trading sur les devises.

Ainsi, bien que les particuliers soient restés sur le marché, beaucoup de grandes institutions, qui doivent bien prendre en considération les risques pris, ont préféré bien souvent prendre du recul, ou limiter leurs opérations, d’où la baisse des volumes échangés.

Cependant, à en juger, cette fois-ci, par les informations communiquées par les brokers depuis le début de l’année, le mouvement de baisse des volumes pourrait enfin être en passe d’être endigué. Beaucoup de courtiers de premier plan ont fait par d’une hausse des volumes sur leur plateforme au premier trimestre, qui est certainement lié à l’absence de nouveaux changements au niveau de la réglementation et à la confiance retrouvée des opérateurs qui espèrent enfin voir la sortie de crise se matérialiser.

Les interventions des banques centrales, et notamment le récent mouvement de baisse des taux directeurs depuis quelques semaines, pourraient peser au cours des prochains mois sur les volumes, ces interventions étant jugées par les opérateurs comme déstabilisantes au niveau du forex. Il faudra donc rester attentif à cette donnée d’ici la fin de l’année. Il n’est pas improbable que 2013 soient une nouvelle année en demi-teinte pour la spéculation sur les devises.
 

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *