Press "Enter" to skip to content

Rencontre avec Alexandre Baradez de Saxo Banque au Salon du Trading 2011

Cet après-midi, Alexandre Baradez de Saxo Banque s’est prêté à un petit jeu de questions-réponses avec notre rédacteur en chef sur l’actualité économique et financière du moment. Une interview passionnante et instructive.
Forex.fr – Nouvelle récession comme prédit par l’économiste R. Nouribi? Oui ou non? Pourquoi?
Alexandre Baradez – Plutôt non. Le FMI a écarté les possibilités de récession aux Etats-Unis. Toutefois, c’est tout à fait envisageable si la situation venait à se détériorer. Un scénario possible serait une multiplication des plans d’austérité en Europe, comme en Grèce et en Italie. Le souci c’est qu’en limitant les dépenses des Etats, le risque d’atteindre une croissance nulle est élevé. A court terme, les plans d’austérité ont un impact positif sur la dette mais à moyen et à long terme, les rentrées d’argent sont moindres ce qui va avoir un impact sur l’activité économique.
En fait, c’est la BCE qui a presque toutes les clés en main en ce moment. Il est fascinant de constater l’impact, positif ou négatif, que peut avoir Francfort sur les marchés. Prenons un exemple: début août, les marchés s’attendaient à ce que Jean Claude Trichet annonce des rachats de dettes mais ça n’est pas arrivé. Conséquence de cela: les marchés ont sanctionné. A l’inverse, les marchés ont réagi positivement lorsque la BCE a décidé d’agir dans ce sens. Au final, c’est bien la BCE qui est en mesure d’apaiser les marchés.
Par conséquent, afin d’éviter trop de rigueur partout en Europe, il faudrait que la BCE accroisse massivement les rachats de dette, notamment de l’Espagne et de l’Italie. Il faut arriver à une situation similaire à celle des Etats-Unis où les achats sont massifs. Bien que les QE1 et QE2 ont été très critiqués, sans cela, la situation économique aurait été certainement bien pire. L’Europe doit s’orienter dans ce sens afin de provoquer un électrochoc sur les marchés et éviter la mise en place de plans de rigueur trop drastiques.
Forex.fr – Dévaluation de l’euro. Oui ou non? Pourquoi?
AB – Oui. Une dévaluation peut arriver mécaniquement en achetant des devises. C’est tout simplement ce qu’ont fait les Etats-Unis. La BCE a le pouvoir de le faire mais elle suit une voix trop orthodoxe pour agir ainsi car l’inflation reste au coeur de ses préoccupations. L’inflation ne doit cependant pas être le seul critère à prendre en considération d’un point de vue économique. Racheter de la dette ne va pas entraîner une inflation galopante contrairement à ce que certains craignent. Une fois encore, il suffit de regarder les données aux Etats-Unis pour s’en rendre compte; Selon mois, c’est le risque systémique, c’est à dire l’effondrement de la Grèce, qui risque d’entraîner une croissance de l’inflation. Au demeurant, en l’état actuel des choses, notamment en ce qui concerne les prix des matières premières, l’inflation devrait être parfaitement gérable pour la BCE si elle se lançait dans un programme d’achat de devises.
Forex.fr – Sortie de la Grèce? Oui ou non? Pourquoi?
AB – Non. Politiquement ce serait un désaveu et le risque pour la Grèce serait immédiatement d’avoir à affronter un réflexe défensif des investisseurs. On peut toutefois envisager une exclusion qui consisterait en l’introduction d’une monnaie nationale, pourquoi pas le drachme, avec le soutien en arrière-plan de la zone euro. Une mise à l’écart de la Grèce semble à court terme peu probable mais les mentalités évoluent. Ainsi, il y a encore quelques semaines, un défaut partiel de la Grèce était exclu, ce qui n’est plus le cas de nos jours, notamment en Allemagne.
Forex.fr – Acheter des obligations de pays émergents, bonne ou mauvaise idée?
AB – Plutôt bonne idée car ces pays ont l’avantage de connaître une croissance importante tirée par les exportations et ils ont aussi réussi à développer une croissance intérieure qui peut prendre le relais éventuellement. Toutefois, en cas de détérioration plus poussée de la situation dans la zone euro, ils auront inévitablement à subir des conséquences négatives. Les pays émergents ont des cartouche de réserve pour le moment mais leur développement futur dépend clairement des pays occidentaux, Europe en tête.
Forex.fr – Partagez-vous l’avis de FXCM selon lequel l’or devrait connaître une correction à 1650 dollars prochainement?
AB – Pour le moment, nous sommes faces à une correction technique mais le premier support de taille selon mois se trouve à 1750 dollars. Si on consolide au niveau actuel, c’est à dire au-dessus de 1700, le niveau de 2000 dollars est atteignable dans les semaines et mois qui viennent. En revanche, je ne partage pas l’avis de certains spécialistes qui escomptent un niveau de 3000 dollars vers 2013.
Forex.fr – Options binaires, bonne ou mauvaise idée?
AB – Bonne idée à condition de proposer les options binaires dans le cadre d’une stratégie d’investissement et avec des restrictions. Saxo Banque envisage de proposer les options binaires à un type de clientèle qui connait déjà le marché et qui est au courant des règles MiFID et AMF que nous respectons scrupuleusement.
Forex.fr, partenaire média officiel du Salon du Trading 2011
Cet après-midi, Alexandre Baradez de Saxo Banque s’est prêté à un petit jeu de questions-réponses avec notre rédacteur en chef sur l’actualité économique et financière du moment.

Une interview passionnante et instructive.

Forex.fr – Nouvelle récession comme prédit par l’économiste Nouriel Roubini? Oui ou non? Pourquoi?
Alexandre Baradez – Plutôt non. Le FMI a écarté les possibilités de récession aux Etats-Unis. Toutefois, c’est tout à fait envisageable si la situation venait à se détériorer. Un scénario possible serait une multiplication des plans d’austérité en Europe, comme en Grèce et en Italie. Le souci c’est qu’en limitant les dépenses des Etats, le risque d’atteindre une croissance nulle est élevé. A court terme, les plans d’austérité ont un impact positif sur la dette mais à moyen et à long terme, les rentrées d’argent sont moindres ce qui va avoir un impact sur l’activité économique.
En fait, c’est la BCE qui a presque toutes les clés en main en ce moment. Il est fascinant de constater l’impact, positif ou négatif, que peut avoir Francfort sur les marchés. Prenons un exemple: début août, les marchés s’attendaient à ce que Jean Claude Trichet annonce des rachats de dettes mais ça n’est pas arrivé. Conséquence de cela: les marchés ont sanctionné. A l’inverse, les marchés ont réagi positivement lorsque la BCE a décidé d’agir dans ce sens. Au final, c’est bien la BCE qui est en mesure d’apaiser les marchés.
Par conséquent, afin d’éviter trop de rigueur partout en Europe, il faudrait que la BCE accroisse massivement les rachats de dette, notamment de l’Espagne et de l’Italie. Il faut arriver à une situation similaire à celle des Etats-Unis où les achats sont massifs. Bien que les QE1 et QE2 ont été très critiqués, sans cela, la situation économique aurait été certainement bien pire. L’Europe doit s’orienter dans ce sens afin de provoquer un électrochoc sur les marchés et éviter la mise en place de plans de rigueur trop drastiques.
Forex.fr – Dévaluation de l’euro. Oui ou non? Pourquoi?
AB – Oui. Une dévaluation peut arriver mécaniquement en achetant des dettes. C’est tout simplement ce qu’ont fait les Etats-Unis. La BCE a le pouvoir de le faire mais elle suit une voix trop orthodoxe pour agir ainsi car l’inflation reste au coeur de ses préoccupations. L’inflation ne doit cependant pas être le seul critère à prendre en considération d’un point de vue économique. Racheter de la dette ne va pas entraîner une inflation galopante contrairement à ce que certains craignent. Une fois encore, il suffit de regarder les données aux Etats-Unis pour s’en rendre compte; Selon mois, c’est le risque systémique, c’est à dire l’effondrement de la Grèce, qui risque d’entraîner une croissance de l’inflation. Au demeurant, en l’état actuel des choses, notamment en ce qui concerne les prix des matières premières, l’inflation devrait être parfaitement gérable pour la BCE si elle se lançait dans un programme d’achat de devises.
Forex.fr – Sortie de la Grèce? Oui ou non? Pourquoi?
AB – Non. Politiquement ce serait un désaveu et le risque pour la Grèce serait immédiatement d’avoir à affronter un réflexe défensif des investisseurs. On peut toutefois envisager une exclusion qui consisterait en l’introduction d’une monnaie nationale, pourquoi pas le drachme, avec le soutien en arrière-plan de la zone euro. Une mise à l’écart de la Grèce semble à court terme peu probable mais les mentalités évoluent. Ainsi, il y a encore quelques semaines, un défaut partiel de la Grèce était exclu, ce qui n’est plus le cas de nos jours, notamment en Allemagne.
Forex.fr – Acheter des obligations de pays émergents, bonne ou mauvaise idée?
AB – Plutôt bonne idée car ces pays ont l’avantage de connaître une croissance importante tirée par les exportations et ils ont aussi réussi à développer une croissance intérieure qui peut prendre le relais éventuellement. Toutefois, en cas de détérioration plus poussée de la situation dans la zone euro, ils auront inévitablement à subir des conséquences négatives. Les pays émergents ont des cartouche de réserve pour le moment mais leur développement futur dépend clairement des pays occidentaux, Europe en tête.
Forex.fr – Partagez-vous l’avis de FXCM selon lequel l’or devrait connaître une correction à 1650 dollars prochainement?
AB – Pour le moment, nous sommes face à une correction technique mais le premier support de taille selon moi se trouve à 1750 dollars. Si on consolide au niveau actuel, c’est à dire au-dessus de 1700, le niveau de 2000 dollars est atteignable dans les semaines et mois qui viennent. En revanche, je ne partage pas l’avis de certains spécialistes qui escomptent un niveau de 3000 dollars vers 2013.
Forex.fr – Options binaires, bonne ou mauvaise idée?
AB – Bonne idée à condition de proposer les options binaires dans le cadre d’une stratégie d’investissement et avec des restrictions. Saxo Banque envisage de proposer les options binaires à un type de clientèle qui connait déjà le marché et qui est au courant des règles MiFID et AMF que nous respectons scrupuleusement.

Forex.fr, partenaire média officiel du Salon du Trading 2011

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *