Sommet européen: quels enjeux?

La tension en zone euro reste très forte à l’approche d’un nouveau Sommet européen, une fois de plus crucial pour l’avenir de l’Europe. Ce n’est pas la première fois que l’évènement est qualifié de "sommet de la dernière chance", loin s’en faut, mais une nouvelle déception pourrait être celle de trop. Les taux obligataires des pays périphériques atteignent sans cesse de nouveaux plus hauts, et les marchés ne sauraient se satisfaire de nouvelles promesses. Il faut désormais des actes et des mesures pour enrayer la crise. Le président de l’UE Herman Van Rompuy a ainsi dévoilé une feuille de route pour "aller vers une véritable union économique et monétaire".

Union bancaire et Union budgétaire

La priorité pour les dirigeants européens est aujourd’hui à la création d’une "Europe des banques" afin de rompre les liens entre Etats et secteur bancaire. Le cercle vicieux reliant crise bancaire et crise étatique serait ainsi brisé, et les contribuables n’auraient plus à supporter l’aide promise aux établissements financiers. Toutefois, la création d’une telle Union suppose d’accorder plus de poids au Mécanisme Européen de Stabilité et de mettre en place une supervision plus exigeante. En ce sens, une garantie européenne des dépôts apparait nécessaire afin de prévenir les paniques bancaires qui pourraient pousser certains pays comme la Grèce à sortir de facto de la zone euro.

devises du_march_des_changes

La tension en zone euro reste très forte à l’approche d’un nouveau Sommet européen, une fois de plus crucial pour l’avenir de l’Europe. Ce n’est pas la première fois que l’évènement est qualifié de “sommet de la dernière chance“, loin s’en faut, mais une nouvelle déception pourrait être celle de trop. Les taux obligataires des pays périphériques atteignent sans cesse de nouveaux plus hauts, et les marchés ne sauraient se satisfaire de nouvelles promesses. Il faut désormais des actes et des mesures pour enrayer la crise. Le président de l’UE Herman Van Rompuy a ainsi dévoilé une feuille de route pour “aller vers une véritable union économique et monétaire“.

Union bancaire et Union budgétaire

La priorité pour les dirigeants européens est aujourd’hui à la création d’une “Europe des banques” afin de rompre les liens entre Etats et secteur bancaire. Le cercle vicieux reliant crise bancaire et crise étatique serait ainsi brisé, et les contribuables n’auraient plus à supporter l’aide promise aux établissements financiers. Toutefois, la création d’une telle Union suppose d’accorder plus de poids au Mécanisme Européen de Stabilité et de mettre en place une supervision plus exigeante. En ce sens, une garantie européenne des dépôts apparait nécessaire afin de prévenir les paniques bancaires qui pourraient pousser certains pays comme la Grèce à sortir de facto de la zone euro.

Pour ce qui concerne l’Union budgétaire, le paradoxe de l’euro, qui veut que la monnaie unique soit accompagnée de politiques budgétaires nationales et d’un budget commun d’à peine 1% du PIB européen, ne peut plus durer. L’Union budgétaire et son idée clef d’une mutualisation partielle des dettes publiques fait ainsi son chemin. Les dirigeants européens devront proposer des mesures concrètes aux marchés, sans quoi les taux obligataires pourraient bien s’emballer.

Union politique: l’Allemagne et la France trouveront-elles un terrain d’entente?

Depuis quelques temps, le président français n’a cessé de multiplier les rencontres bilatérales avec les dirigeants espagnols et italiens, voire avec les dirigeants du SPD tout en répétant qu’il faudrait bien parvenir à un compromis avec la chancelière allemande. De son côté Angela Merkel souhaiterait imposer aux autres membres de la zone euro plus de discipline par l’intermédiaire de plus de fédéralisme. Les termes du compromis sont donc connus, il s’agirait de mettre en place plus de fédéralisme pour satisfaire Berlin, tout en incluant plus de solidarité et de garanties entre Etats membres, ce que réclament la France, l’Italie et l’Espagne. Quelle sera la forme et le contenu de ce compromis, c’est là tout l’enjeu de ce sommet. Toujours est-il que la France et l’Allemagne n’ont pas les moyens de rester en désaccord. Le pire ne peut être écarté, mais une sortie de la Grèce de la zone euro créerait un précédent dont les conséquences sont encore difficilement chiffrables…

Moins de promesses et plus de mesures concrètes, voilà ce qui pourrait rassurer les marchés et permettre à l’Europe d’avancer.

user

user

Commentaires

Inscrivez vous a la lettre quotidienne

Recevez quotidiennement les infos du marche.

Fonction du site

  • L'actualite du forex
  • Devises Majeures
  • Analyse Technique
  • Crypto-monnaies
  • Brokers recommandes

Get Started

  • Tutorials
  • Resources
  • Guides
  • Examples
  • Docs

Forex.fr

  • Notre Histoire
  • L''equipe
  • Termes d'utilisation
  • Votre vie privee

Librairie