Press "Enter" to skip to content

Tour d’horizon des dernières déclarations des principales banques centrales

Les déclarations des banques centrales ont tendance à rendre le marché des changes particulièrement volatile, c’est pourquoi elles intéressent grandement les traders. Si vous avez raté celles de la BNS, de la BoJ, de la RBA et de la BoE, voici de quoi vous rattraper.

Banque nationale Suisse
Le 18 juin dernier, la banque nationale Suisse a décidé de maintenir ses taux d’intérêt à -0,75%. Elle a expliqué ce positionnement par le fait que des taux négatifs rendaient les investissements en franc suisse moins attrayants et aidaient, de ce fait, la devise à s’affaiblir. Souvenez-vous que la monnaie suisse est actuellement nettement surévaluée selon la BNS.
Pour les novices, sachez que l’économie du pays est essentiellement axée sur les exportations et ces dernières ont perdu en compétitivité depuis que le franc suisse s’apprécie face à l’euro. En plus de cela, la BNS a explicitement déclaré qu’elle était prête à mettre en œuvre des actions pour influencer les conditions monétaires et affaiblir le franc suisse si besoin.

Banque centrale du Japon
Le 19 juin dernier, la banque centrale du Japon a décidé de maintenir sa politique monétaire actuelle. Elle continuera donc d’injecter 80 mille milliards de yen dans l’économie et conservera ses taux d’intérêt à 0%. Une fois de plus, le gouverneur Kuroda s’est montré optimiste par rapport à l’économie du pays et ce sentiment semble, pour une fois, fondé puisque les récentes données économiques vont dans ce sens.
Le même jour, la BoJ a publié de nouvelles dispositions quant aux réunions politiques. Les changements les plus importants reposent sur la réduction des réunions de 14 à 8 fois par an et l’augmentation de la fréquence des rapports de perspectives économiques. Ces modifications entreront en vigueur à partir du 1er janvier 2016.


Banque centrale d’Australie

Après la baisse des taux de 2,25% à 2% au mois de mai, la RBA a décidé d’attendre de voir les effets sur leur économie avant d’effectuer d’autres manœuvres. Elle a, cependant, rappelé qu’elle maintiendrait des taux d’intérêt bas pendant un certain temps en raison de la faiblesse des dépenses en capital des entreprises dans les secteurs de l’exploitation minière et non minière, de la croissance lente du coût du travail et de la capacité de réserve de l’économie australienne.
Lors du discours du 10 juin, le gouverneur Stevens a, en effet, réitéré ses préoccupations quant aux points mentionnés ci-dessus. Il a réaffirmé qu’il était tout à fait ouvert à la possibilité d’un nouvel assouplissement de la politique monétaire pour que la reprise de la croissance soit durable.

Banque centrale d’Angleterre
Le 17 juin dernier, la BoE a voté pour le maintien des ses taux d’intérêt à 0,50% et de ses achats d’actifs à 375 milliards de livres par mois. Les derniers comptes rendus de réunion du MPC montrent, en effet, que les perspectives économiques de la BoE n’ont pas beaucoup changé depuis le rapport sur l’inflation du mois de mai. Les taux devraient donc restés en dessous des niveaux moyens historiques pour un certain temps encore.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *