Press "Enter" to skip to content

Tout ce qu’il faut savoir des décisions de taux de la BNS et de la RBNZ

Si vous avez raté les décisions relatives au taux d’intérêt Suisse et Néo zélandais de la semaine dernière, vous trouverez dans cet article ce qu’il fallait en retenir et l’impact de ces deux annonces sur les monnaies concernées et le marché des changes.

Banque centrale néo zélandaise
Il semble que le dollar néo zélandais soit déjà à l’abri des remarques prudentes de la RBNZ. En effet, même si le gouverneur Wheeler prévoit que les pressions inflationnistes resteront sobres, il a réaffirmé que la monnaie était à un niveau très fort. Les traders se sont cependant concentrés davantage sur les commentaires relatifs à l’inflation de logement.
La plupart des observateurs du marché avait, en effet, anticipé les remarques pacifistes des décideurs de la RBNZ, d’autant plus que les prix du lait ont baissé de façon continue ces derniers temps. Une crise du lait suffisante pour que Fronterra, la première entreprise de Nouvelle Zélande, coupe les prévisions relatives aux paiements de lait aux agriculteurs.
Malgré cela, la tête de la banque centrale a laissé entendre que les ajustements de taux d’intérêt pourraient se justifier par l’augmentation subite des ventes de maison. Le gouverneur a également mentionné que l’amélioration des tendances en matière d’emploi et les perspectives de croissance pourraient conduire la RBNZ à se pencher sur la question des taux en début d’année prochaine. Pas étonnant donc que le kiwi ait réalisé un  fort rallye lors de cet événement.

Banque nationale Suisse
La décision de la BNS s’est également avéré quelque peu surprenante et a conduit la paire EUR-CHF vers des niveaux dangereusement bas (1.2000). Bien que la tête de la BNS, Thomas Jordan, ait réitéré sa position habituelle de défense de la parité du franc si nécessaire, il semble que les observateurs du marché des changes ne soient plus prêts à acheter les tentatives de jawboning de la banque nationale suisse.
Beaucoup s’attendaient à ce que la BNS annonce en effet, des taux de dépôt négatifs car le pays est au bord de la déflation. Cela ne fût pas le cas et la BNS en a profité pour annoncer d’autres mesures d’assouplissement et une possible intervention sur le marché des changes à l’image de son récent référendum sur l’or qui a vu le rejet du maintien de ses réserves d’or à 20%. Pour l’instant, Jordan et ses hommes temporisent donc en attendant que la BCE annonce son prochain QE avant de bouger.

On assiste donc à la BNS comme à la RBNZ à un positionnement attentiste. Reste à savoir si cela causera du remous sur les monnaies concernées sur le marché des changes dans les jours à venir.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *