Press "Enter" to skip to content

Vains efforts pour freiner le dollar canadien

En ce jeudi midi, le marché des changes connait un regain d’inquiétudes après le maintien des taux à 0,25% de la Banque centrale suédoise et la publication du livre Beige de la Fed. Ainsi, après avoir franchi le seuil symbolique de 1,50 dollar hier, la monnaie unique européenne reculait légèrement face au billet vert.

Toutefois, le billet vert reste toujours très faible sur le marché des changes. Depuis le début de l’année, le real brésilien a gagné près de 35% face au dollar et l’euro près de 20% depuis le mois de mars. Les devises à fort rendement et liées à l’évolution du prix des matières premières sont les principales gagnantes de l’affaiblissement du dollar américain.

Ainsi, à titre d’exemple, le billet vert est passé de 1,30 dollar canadien début mars à près de 1,02 dollar canadien ce mois-ci. La reprise économique mondiale, qui a été confirmée aujourd’hui par les chiffres de la croissance chinoise, a renforcé l’appétit pour le risque et contribué au redressement du cours des matières premières. Avec un baril de pétrole qui évolue depuis hier aux alentours de 80 dollars, plusieurs devises se raffermissent dont le dollar canadien et le rouble qui atteint aujourd’hui des plus hauts niveaux sur le marché des changes.

Cependant, cet affaiblissement du dollar américain pose de nombreux problèmes aux autorités. A l’issue de la réunion de son comité de politique monétaire mardi, la banque centrale canadienne s’est élevée contre l’appréciation de la monnaie nationale qui met en péril sérieusement la croissance des exportations. Toutefois, puisque la banque centrale n’allie pas le geste à la parole, les investisseurs sont peu incités à croire les propos des reponsables canadiens. En effet, la dernière intervention sur le marché des devises de la banque centrale remonte à 1998 et il semble peu probable qu’elle souhaite de nouveau intervenir à ce stade.

Pour l’instant, le dollar américain semble avoir cessé son ascension vers la parité avec le dollar canadien mais il est probable que de nombreux investisseurs interprètent cette pause comme le bon moment pour acheter des dollars canadiens.

A l’instar du dollar canadien, le yen continue son appréciation sur le marché des changes face à la devise américaine en dépit d’une légère pausse lors de la séance d’aujourd’hui. Cette appréciation inquiète les autorités nippones puisqu’elle grève les exportations. Les chiffres des exportations sont d’ailleurs tombés aujourd’hui et sont révélateurs : en septembre, les exportations ont chuté sur un an de 30,7% à 5 104,7 milliards de yens. Cette baisse des exportations est surtout le résultat de l’appréciation du yen face au dollar. Toutefois, la faiblesse des exportations fut contrebalancée par une baisse des importations en valeur du fait notamment de la baisse du coût des hydrocarbures ce qui a permis au Japon d’avoir un excédent commercial multiplié par près de six sur un an.

Be First to Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *