Retour sur la crise des subprimes.

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
La crise des subprimes, passée la stupeur de l'été, a continué à se propager et à endommager le système bancaire. Alors que la situation semblait corrigée fin octobre 2007, les taux interbancaires ont recommencé à se tendre ce qui a forcé les banques centrales au mois de décembre à injecter massivement des liquidités.
espoir-de-baisse-du-taux-directeur-aux-etats-unis.jpg

La crise des subprimes, passée la stupeur de l’été, a continué à se propager et à endommager le système bancaire. Alors que la situation semblait corrigée fin octobre 2007, les taux interbancaires ont recommencé à se tendre ce qui a forcé les banques centrales au mois de décembre à injecter massivement des liquidités.

Se référant pour justifier leurs interventions au modèle de la crise de 1929, les banques centrales seront-elles en mesure sur le long terme de faire face à cette nouvelle crise ? Ne faudrait-il pas mieux tirer les enseignements de la crise japonaise des années 1990 qui, partant du krach de la bulle immobilière, a sclérosé le système bancaire pendant une décennie provoquant l’atonie de la croissance économique ?

Cette crise de liquidité, en dépit du secours des fonds asiatiques, devrait s’éterniser car les pertes enregistrées s’élèvent à un rythme de 30 milliards par trimestre sur un total de 400 milliards. Néanmoins, les avis sont partagés sur l’ampleur de la crise puisque certains prédisent une récession tandis que d’autres, en tête les économistes de l’OCDE, se veulent rassurant sur la solidité de l’économie et ne prévoient qu’un faible ralentissement de la croissance légèrement en deçà de 2%.

Ces avis antagonistes montrent à quel point la crise est encore mal comprise et, par conséquent, mal maîtrisée. Face à l’ampleur extraordinaire des pertes, seules les banques centrales peuvent intervenir. Elles ne disposent en fait que d’un seul levier pour recapitaliser, sans l’avouer, les banques commerciales : la baisse des taux. En effet, plus les taux d’intérêt sont bas, plus la valeur d’un actif est importante ce qui permet aux banques de reconstituer leur capital et de revaloriser leurs actifs.

A l’instar d’Alan Greenspan, Ben Bernanke semble disposer à baisser les taux américains en cas de crise. A l’inverse, la BCE se contente de fournir autant de liquidités que nécessaire sans oser baisser ses propres taux. Paradoxalement, la BCE s’inquiète davantage de l’inflation que la Fed alors que le risque est plus élevé outre-atlantique. En effet, le dollar affaiblit relance la croissance et l’inflation aux Etats-Unis, a contrario de l’Europe.

Le major risque pour la nouvelle année est qu’une inflation considérablement plus forte que prévu outre-atlantique ne force la Fed, en cas de propagation de la crise à l’ensemble de l’économie, à renoncer prématurément à la baisse attendue des taux. Certes, le dollar se consoliderait mais les banques, ainsi que la bourse, en pâtiraient. L’année 2008 s’ouvre donc sur un dilemme : effondrement du dollar ou krach boursier ? 

No tags for this post.

Lire la suite sur TradingView

Améliorez vos compétences de trading en vous inspirant des idées de traders du monde entier.
Avertissement au risque

eToro est une plateforme à multi-actifs offrant à la fois des investissements en actions et en crypto-actifs, ainsi que le trading d’actifs sous forme de CFD.

Veuillez noter que les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide de fonds en raison de leur effet de levier. 75 % des comptes de traders particuliers perdent des fonds lorsqu’ils tradent des CFD avec ce fournisseur. Vous devriez vous demander si vous comprenez bien comment les CFD fonctionnent et si vous pouvez vous permettre de prendre le risque important de perdre votre argent.

Les performances passées ne sont pas une indication des résultats futurs.

Les crypto-actifss sont susceptibles de subir d’importantes fluctuations de prix et ne sont donc pas appropriées pour tous les investisseurs. Le trading de crypto-monnaies n’est supervisé par aucun cadre réglementaire européen.

 

Il y a toujours une correlation entre rendement élevé et risque élevé. 

forex.fr ou toute personne ayant un rapport avec forex.fr n’acceptera aucune responsabilité pour toute perte liée à la spéculation ou tout préjudice lié à la confiance sur les informations contenues sur ce site y compris les données, les cotations, les graphiques et les signaux d’achat et de vente. Veuillez être pleinement informés sur les risques et les coûts liés à la spéculation sur les marchés financiers, c’est l’une des formes de placement les plus risqué.

Laissez un commentaire!

A propos

Forex.fr est un site d’information sur le marchee des changes. Le contenu n’est pas pas une recommandation d’investissement.

Articles recents

Inscrivez-vous a notre newsletter

En vous inscrivant vous acceptez notre politique de confidentialite.

Pas de spam, pas de courrier indesirable

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé