Les informations économiques du 3 septembre 2011

USA-2
La séance de vendredi dernier fut essentiellement dominée par les chiffres de l’emploi et du chômage outre-Atlantique.
Selon le département du Travail, les créations d’emplois non-agricoles ont été nulles en août , le taux de chômage stagnant à 9.1% de la population active alors que les économistes s’attendaient en moyenne à 75 000 créations. De plus, la statistique meilleure que prévue de juillet a été révisée en baisse, de 117 000 à 85 000, tout comme celle de juin, de 46 000 à 20 000.
Dans le détail, en août, l’économie américaine a supprimé 3 000 emplois manufacturiers tandis que le secteur public en a supprimé 17 000 après 71 000 destructions en juillet.
Immédiatement après cette publication, l’euro a repris à la hausse pour atteindre 1.4284 à 12h45 GMT tandis que les bourses se sont effondrées. La Bourse de Paris perdait 3.28% juste après ces chiffres tandis que l’indice Ibex-35 de Madrid chutait de 3% et la bourse suisse de 3.30%.
Par ailleurs, le New York Times a dévoilé vendredi dernier que le gouvernement américain, via l’Agence Fédérale de Financement Immobilier (FHFA), va déposer une plainte imminente contre une douzaine de banques, parmi les plus importantes outre-Atlantique, dans l’affaire des supprimes qui connait ainsi un rebond inattendu.
Selon les premières informations, le FHFA, qui gère désormais les prêts des géants du refinancement hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac, demanderait aux banques visées par cette plainte des dizaines de milliards de dollars pour avoir vendu des prêts sophistiqués à la qualité douteuse au plus fort de la bulle immobilière américaine.Parmi les banques visées figurent notamment Goldman Sachs, Deutsche Bank, JPMorgan Chase et Bank of America qui connait déjà des difficultés conséquentes. Du fait de ces prêts, Fannie Mae et Freddie Mac ont perdu plus de 30 milliards de dollars pendant la crise, somme qui a été directement recouverte grâce aux impôts des citoyens américains.
Enfin, Athènes a annoncé que l’inspection des finances publiques du pays par le FMI et l’UE doit reprendre le 14 septembre prochain après une interruption impromptue qui est intervenue alors que de nombreuses informations, dont certaines ont été réfutées par la suite, concernant l’état désastreux des finances de la Grèce ont été communiquées au cours de la semaine dernière.
La séance d’hier fut essentiellement dominée par les chiffres de l’emploi et du chômage outre-Atlantique.
Selon le département du Travail, les créations d’emplois non-agricoles ont été nulles en août , le taux de chômage stagnant à 9.1% de la population active alors que les économistes s’attendaient en moyenne à 75 000 créations. De plus, la statistique meilleure que prévue de juillet a été révisée en baisse, de 117 000 à 85 000, tout comme celle de juin, de 46 000 à 20 000.
Dans le détail, en août, l’économie américaine a supprimé 3 000 emplois manufacturiers tandis que le secteur public en a supprimé 17 000 après 71 000 destructions en juillet.
Immédiatement après cette publication, l’euro a repris à la hausse pour atteindre 1.4284 à 12h45 GMT tandis que les bourses se sont effondrées. La Bourse de Paris perdait 3.28% juste après ces chiffres tandis que l’indice Ibex-35 de Madrid chutait de 3% et la bourse suisse de 3.30%.
Par ailleurs, le New York Times a dévoilé dans édition de vendredi que le gouvernement américain, via l’Agence Fédérale de Financement Immobilier (FHFA), va déposer une plainte imminente contre une douzaine de banques, parmi les plus importantes outre-Atlantique, dans l’affaire des supprimes qui connait ainsi un rebond inattendu.
Selon les premières informations, le FHFA, qui gère désormais les prêts des géants du refinancement hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac, demanderait aux banques visées par cette plainte des dizaines de milliards de dollars pour avoir vendu des prêts sophistiqués à la qualité douteuse au plus fort de la bulle immobilière américaine.Parmi les banques visées figurent notamment Goldman Sachs, Deutsche Bank, JPMorgan Chase et Bank of America qui connait déjà des difficultés conséquentes. Du fait de ces prêts, Fannie Mae et Freddie Mac ont perdu plus de 30 milliards de dollars pendant la crise, somme qui a été directement recouverte grâce aux impôts des citoyens américains.
Enfin, Athènes a annoncé que l’inspection des finances publiques du pays par le FMI et l’UE doit reprendre le 14 septembre prochain après une interruption impromptue qui est intervenue alors que de nombreuses informations, dont certaines ont été réfutées par la suite, concernant l’état désastreux des finances de la Grèce ont été communiquées au cours de la semaine dernière. 
No tags for this post.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé