Le pétrole glisse en raison de l’inquiétude liée à la croissance mondiale

Investing.com – Les prix du pétrole ont du mal à se redresser après la chute de lundi, les inquiétudes concernant les perspectives de l’économie mondiale continuant de peser sur l’opinion des investisseurs.

Les prix à terme du brut West Texas Intermediate ont chuté de 4% vendredi, après la faiblesse des statistiques économiques européennes, qui a provoqué un choc sur les marchés mondiaux qui étaient déjà perturbés par la révision à la baisse de la trajectoire des taux d’intérêt par la Réserve fédérale plus tôt dans la semaine. À 8 h 40 (HE) (12 h 40 GMT), ils se négociaient à 58,87 dollars le baril, à environ 50 cents du creux de vendredi mais restaient bien en deçà du sommet de quatre mois atteint jeudi.

Les États-Unis sont préoccupés par une possible récession vendredi, alors que les rendements du Trésor à 10 ans sont passés sous le taux à trois mois pour la première fois depuis 2007.

Historiquement, une courbe de rendement inversée – où les taux à long terme sont inférieurs à ceux à court terme – a souvent été le signe d’une récession imminente, même si elle est maintenue sur une période donnée.

La banque ANZ a déclaré que l’assombrissement des perspectives économiques « occultait les problèmes d’offre » auxquels le marché du pétrole était confronté suite aux réductions d’approvisionnement réalisées par les producteurs de l’OPEP ainsi que les sanctions américaines contre le Venezuela et l’Iran.

L’OPEP, qui, aux côtés de producteurs non affiliés comme la Russie, dénommée « OPEP + », a décidé, l’année dernière, de réduire la production de 1,2 million de barils par jour (bpj) afin d’éliminer la surabondance et de soutenir les prix.

Les analystes de la Commerzbank (DE: CBKG) ont signalé une baisse des stocks de brut américain et des dépenses des entreprises américaines de schiste.

« Les rapports spécifiques au marché pétrolier, qui suggèrent un resserrement de l’offre, empêchent les prix de chuter davantage », ont déclaré les analystes.

Faisant allusion à l’activité de production future, les sociétés énergétiques américaines ont réduit le nombre de plates-formes de forage en exploitation pour la cinquième semaine consécutive. Le nombre d’appareils de forage a diminué de neuf pour s’établir à 824 la semaine dernière, le nombre le plus bas enregistré depuis près d’un an.

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé