Top 5 des évènements clés à retenir sur les marchés ce jeudi

Investing.com – Voici les 5 choses les plus importantes à savoir sur le marché ce jeudi 11 avril.

Les actions ont du mal à prolonger les gains de mercredi, à la suite de la première mention explicite de la Réserve Fédérale américaine que son prochain changement sur les taux d’intérêt pourrait être à la baisse plutôt qu’à la hausse.

A 11h30, le contrat Futures S&P 500 était en hausse de 1,88 point ou 0,1%, le contrat Futures Dow était en baisse de 13 points, essentiellement inchangé, tandis que le contrat Nasdaq était en baisse de 0,25 point, également inchangé.

Pas moins de six hauts responsables de la Fed devraient s’exprimer jeudi, avec Richard Clarida, John Williams et James Bullard parlant à moins de 10 minutes d’intervalle des uns des autres, à partir de 15h30. Le responsable de la supervision bancaire Randal Quarles suit à 17h50, suivi de Neel Kashkari à 20h00 et Michelle Bowman à 22h00.

Entre temps, il y aura également les demandes initiales d’assurance chômage et l’inflation des prix à la production du mois de mars à 14h30.

Uber pourrait publier sa demande d’IPO aujourd’hui, en vue d’une introduction en bourse publique début mai, selon le Wall Street Journal.

Le groupe pourrait demander une valorisation comprise entre 90 et 100 milliards de dollars, a précisé le journal, faisant référence à des documents liés à une récente émission d’obligations convertibles.

L’évaluation est inférieure de plus de 20% à celle suggérée l’an dernier par les banquiers rivaux pour le mandat d’introduction en bourse, reflétant les inquiétudes relatives à une surestimation possible. La menace d’une concurrence immédiate pour une place dans les portefeuilles d’investisseurs semble peser sur Lyft (NASDAQ: LYFT), qui a perdu près de 11% mercredi.

Les dirigeants de l’Union Européenne ont fait ce qu’ils font de mieux et ont reporté le Brexit de six mois.

Lors d’un sommet spécial à Bruxelles, les dirigeants ont convenu que le Royaume-Uni partirait maintenant à Halloween (sérieusement), à moins que le Parlement britannique ne puisse approuver l’un ou l’autre des accords de retrait déjà négociés. Le Royaume-Uni partira sans un accord le 1er juin s’il ne participait pas aux élections législatives de l’UE le 22 mai.

La réaction à la perspective de six mois supplémentaires d’incertitude a été modérée mais négative, la livre sterling et le FTSE 100 reculant légèrement.

Les prix du brut s’éloignent des plus hauts de mercredi, les inquiétudes concernant la croissance mondiale l’emportant sur les avertissements de l’Agence Internationale de l’Energie sur le resserrement du marché mondial.

L’AIE a cité les réductions d’approvisionnement imposées par l’OPEP et l’efficacité croissante des sanctions imposées par les États-Unis à l’Iran et au Venezuela.

Les Futures WTI ne sont pas parvenus à préserver les gains qu’ils avaient réalisé immédiatement après le rapport et se situaient à 64,08$ le baril à 11​​h30, soit une baisse de 65 centimes par rapport au sommet de cinq mois atteint mercredi.

Boeing a accepté de devoir compter sur la bonne volonté des autorités de réglementation de l’aviation étrangère pour remettre son 737 Max dans les cieux.

Le Wall Street Journal a rapporté que certains de ses clients avaient insisté pour que des autorités de réglementation autres que la Federal Aviation Authority approuvent également les correctifs de sécurité du logiciel de l’avion qui sont attendus au cours de l’été.

Boeing n’a pas enregistré aucune commande pour le 737 Max en mars, qui était auparavant son modèle le plus vendu. Les actions de la société ont chuté de quelque 14% depuis un accident mortel survenu en Afrique il ya un mois.

Recevez un plan d'investissement Crypto personalisé